L’étrange aura des villes fantômes

Comme il doit être troublant d’avoir vu le jour dans une ville qui n’existe plus… De par le monde, on compte ainsi bon nombre de « réfugiés » qui vivaient jadis dans une agglomération aujourd’hui vidée de ses habitants.

Craco, en Italie - Idefix/Wikimedia/CC 3.0

Les causes d’abandon de ces villes devenues fantômes sont multiples: elles peuvent être de nature économique (comme Gagnon, au Québec), liées à une catastrophe naturelle (comme Craco, en Italie) ou accidentelle (comme Pripiat, près de Tchernobyl, en Ukraine), à l’épuisement des ressources minières (comme Kolmanskopp, en Namibie) ou encore à la guerre (comme dans la Meuse, en France), entre autres raisons.

Kolmanskopp, Namibie - www.matadornetwork.com/Coda

Aux États-Unis, terre de nombreuses villes champignons souvent nées de la découverte de gisements miniers, il y aurait pas moins de 6000 villes fantômes, surtout au Colorado, en Arizona, au Nevada, au Montana et dans certaines régions de Californie.

Chloride, Arizona - www.matadornetwork.com/Kevin Cole

Par endroits, ces villes ou villages ont été ravivés par le tourisme, comme Val-Jalbert au Lac-Saint-Jean; d’autres sont recensés sur des sites qui en promeuvent l’existence, comme ghosttowns.com.

Et même si la plupart de ces lieux sont décrépits, déliquescents et empreints d’une triste aura, d’autres sont dans un si bon état qu’ils peuvent servir à s’amuser des heures durant, comme en fait foi la vidéo ci-bas, tournée dans une ville fantôme mongole flambant neuve.

Pour un survol d’une trentaine de villes-fantômes du globe, consultez cette recension de Matador Network.

Pour hanter mon compte Twitter, c’est par ici.

Vidéo trouvée via Taxi-brousse.

 

Laisser un commentaire