Le delta de l’Okavango vu du ciel

Gary Lawrence a survolé le nord-ouest du Botswana pour passer d’un camp de safaris à un autre. «Et le seul fait d’effectuer ces courtes envolées (de 15 à 45 minutes) valait à lui seul le déplacement», indique le blogueur.

Art_de_vivrePour les besoins de plusieurs reportages à paraître bientôt dans Le Devoir, j’ai survolé à quelques reprises le nord-ouest du Botswana, ces 10 derniers jours, pour passer d’un camp de safaris à un autre. Et le seul fait d’effectuer ces courtes envolées (de 15 à 45 minutes) valait à lui seul le déplacement.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

À chaque début d’année, les pluies diluviennes qui s’abattent sur les montagnes de l’Angola confluent vers l’Okavango, troisième fleuve d’Afrique australe. Trois mois plus tard — à compter d’avril — et 1 000 km plus loin, ces eaux traversent la Namibie puis arrivent progressivement au Botswana, créant un spectaculaire et vaste delta.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

Ces eaux ne rejoignent jamais la mer ou un autre cours d’eau, mais s’éparpillent et s’évanouissent dans le désert du Kalahari, formant d’impressionnants décors naturels de ramifications, d’îles et d’îlots, de plans d’eau tavelés de végétation…

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

Les eaux cristallines drainent également des sables fins, qui forment d’étranges dunes subaquatiques.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

Si certaines zones sont totalement inondées, d’autres sont traversées par de nombreux tributaires, qui zigzaguent à travers le couvert végétal.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

D’immenses troupeaux de bêtes entreprennent dès lors de grandes migrations, alors qu’une pléthore d’autres animaux profitent de toute la manne verte issue de cette irrigation tombée du ciel — comme ces impalas, qu’on distingue à peine ici bas (sur la zone pâle).

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

Et pour accéder à cette extraordinaire faune, de nombreux camps de Fly’In Safaris (accessibles uniquement par avion de brousse) ont été créés, à l’intérieur et autour du delta, comme le Tubu Tree Camp.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

Pour plus de détails sur les safaris au Botswana, consultez le site de Passion Nomade, voyagiste montréalais expert en la matière.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit : Gary Lawrence

Pour en savoir plus sur mon séjour, consultez l’édition du 17 mai du Devoir, où je publierai un premier reportage sur la vingtaine de safaris que je viens de réaliser.

* * *

À propos de Gary Lawrence

Journaliste indépendant, Gary Lawrence a foulé le sol des sept continents de la planète et de plus de 90 pays. Ex-rédacteur en chef d’un magazine spécialisé en tourisme, il a aussi été rédacteur en chef francophone d’un service de presse touristique et a signé à ce jour des centaines d’articles portant sur les voyages, dont plusieurs dans L’actualité. On peut le suivre sur Facebook et sur Twitter : @LawrenceGary.

Laisser un commentaire