Manger sans payer à l’aéroport de Dublin ? C’est possible, mais malhonnête !

L’aéroport de Dublin met à l’essai un service de restauration où les passagers pressés peuvent se servir eux-mêmes et payer… selon leur bon vouloir.

Photo : Marqette Food Hall and Bar

Un jour que je naviguais à bord d’un navire de croisière, j’ai découvert le concept du « honesty bar » : un comptoir présentant plusieurs bouteilles de vin, de scotch, de rhum et de cognac, où se trouvait également une petite boîte munie d’une fente.

Même si l’étalage avait toutes les apparences d’un bar ouvert, ce n’était pas le cas : les passagers devaient payer ce qu’ils estimaient être juste pour consommer un verre, en déposant un ou deux billets dans la boîte. Pas de file d’attente ni de pourboire à verser, pas de transaction à effectuer : on se sert et on paie, c’est tout.

C’est un service similaire qu’on est en train de mettre à l’essai à l’aéroport de Dublin, en Irlande. Depuis peu, une sorte de « honesty take-away » est proposé à l’aérogare 1 pour faciliter la vie des passagers pressés, mais affamés.

Ceux-ci peuvent choisir entre 73 produits et mets — sandwichs, salades, pâtisseries, boissons… — qu’ils n’ont ensuite qu’à scanner et payer par carte de débit ou de crédit ou avec leur téléphone, sans avoir à poireauter à la queue leu leu devant la caisse, tandis que la peur de rater leur avion de correspondance les taraude.

Contrairement aux « honesty bars » des navires de croisière, les prix sont ici fixés à l’avance et il faut les honorer dans leur totalité, si on souhaite respecter l’esprit du service.

Bien sûr, puisqu’il n’y a aucune surveillance, quiconque veut se régaler à l’œil a la possibilité de le faire — et c’est ce qui arrive en partie avec ce type de service. Mais quelques jours après le lancement de ce comptoir « honest eat », à peine 5 % des passagers s’étaient servis sans payer. « Les gens semblent plus honnêtes le lundi que le dimanche », pouvait-on alors lire sur le compte Twitter de l’aéroport de Dublin.

Si ce dernier s’est lancé dans ce projet-pilote, c’est qu’une initiative précédente y avait fonctionné : en 2014, l’aéroport de Dublin a ainsi installé des points de distribution de bouteilles d’eau en libre-service un peu partout dans ses aérogares. Depuis, 92 % des clients ont payé un euro pour chaque bouteille de 500 ml vendue de la sorte. Le concept a même été repris par d’autres aéroports (Cork, en Irlande, et Bruxelles, en Belgique), toujours avec succès.

Ce qui laisse présager que le libre-service de restauration de l’aéroport de Dublin devrait, lui aussi, fonctionner. Après tout, les passagers savent bien qu’à court ou moyen terme, il sera abandonné si les clients ne jouent pas le jeu. Et que, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, l’honnêteté, ça paie.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

1 euro une bouteille d’eau !!! Ils peuvent bien se permettre d’avoir quelques pertes. Les tarifs ne pourraient-ils pas être plus raisonnables ??? Qu’advient-il des fontaines a eau gratuites et écologiques.

C’est un concept qui est ammené a se développer (pas partout bien sur, ca dépend quand même d’une certaine culture) parce que : 1- c’est beaucoup plus difficile d’être malhonnete quand on nous fait confiance et 2- les quelques pertes sont largement compensées par les économies réalisées (pas de caissier).

Il y a des libre services de fruit et légume aux quebec sur le même principe chez certains cultivateurs