Où aller en 2016?

Chaque automne, je l’attends comme d’autres attendent L’almanach du peuple ou Le guide de l’auto. Quoi donc? Le Best of de Lonely Planet!

Art_de_vivreTous les ans, le Best of de Lonely Planet, agréable petit ouvrage d’environ 200 pages, recense «les dernières tendances, les meilleures destinations» du globe, sur la foi d’informations colligées par des contingents de collaborateurs qui scrutent sans relâche la planète voyages.

Sans titre

La sélection de pays, régions et villes retenus passe encore et toujours par de sempiternels top 10, ce que d’aucuns abhorrent mais qu’une majorité adore: la preuve en est que ces palmarès reviennent année après année.

Même si on peut de prime abord sursauter devant certains choix — la Bavière et le château de Neuschwanstein, dans le classement des 10 des régions à voir en 2016, vraiment? —, il existe toujours une justification. Ainsi, en 2016, Lonely Planet a choisi le land bavarois car il soulignera les 500 ans du fameux décret sur la pureté de la bière, le Reinheitsgebot, qui donnera sans nul doute lieu à des célébrations mémorables.

D’autres régions choisies sont plus exotiques, comme la Transylvanie (Roumanie), l’île Waiheke (Nouvelle-Zélande), la Costa Verde (Brésil) ou encore Sainte-Hélène, une île britannique de l’Atlantique Sud mieux connue pour avoir servi de lieu d’exil à Napoléon.

Du côté des villes, Rotterdam (Pays-Bas), Mumbai (Inde), Rome et Dublin côtoient George Town (Malaisie), Quito (Équateur), Kotor (Montenegro) et Nashville (Tennessee), mais aussi Fremantle (Australie) et Manchester (Angleterre).

Au rayon des 10 pays à voir en 2016, on navigue encore ici entre l’archiconnu (les États-Unis, le Japon et l’Australie), le moyennement déjà vu (la Pologne, les Fidji) et le moins connu (la Lettonie, l’Uruguay, le Groenland et les Palaos). Enfin, le Botswana arrive en tête de liste des pays à voir à titre de «secret le mieux gardé d’Afrique», mais aussi parce que ce petit État paisible célèbrera ses 50 ans d’indépendance.

Entre autres raisons justifiant le choix du Botswana, les auteurs de Lonely Planet soulignent que «la démocratie multipartite la plus durable du continent» se distingue aussi par son ouverture d’esprit, une corruption limitée et un tourisme intelligent. On préfère ainsi recevoir moins de visiteurs, mais des visiteurs fortunés («low impact, high income») venus prendre part à des safaris haut de gamme dans ce havre animalier où la chasse est (dans une très large mesure) interdite.

Enfin, comme par les années passées, le Best of 2016 de Lonely Planet traite d’une foule d’idées pour voyager autrement, que ce soit en suggérant des séjours à petits prix, des anniversaires historiques, des découvertes fauniques en famille, des défis de survie en milieu hostile, des lieux isolés pour une retraite paisible ou des expériences de luxe pour budgets modestes.

Pour plus de détails, cliquez ici.

Les commentaires sont fermés.