Première coupe du monde de saut en combinaison ailée

En matière d’activités de plein air extrême, on croyait avoir tout vu avec le « sky surf » (on saute d’un avion avec un surf fixé aux pieds), le paralpinisme (parachutisme en milieu naturel) et le « base jump » (on saute d’un point fixe dans le vide). Mais le dernier sport extrême en vogue a pour nom « saut en combinaison ailée » (wing suit base jump), ou comment jouer les écureuils volants.

[youtube I4U6T_BB1N8 nolink]

L’origine de cette activité sportive à haute teneur en adrénaline est attribuée au Français Patrick de Gayardon, décédé en 1998. Elle gagne de plus en plus en popularité, notamment grâce à un autre Français, Loïc Jean-Albert, devenu maître du genre. Vêtu d’une « aile-combinaison », ou combinaison ailée, le parachutiste qui s’y adonne se transforme en véritable planeur humain et peut atteindre jusqu’à 200 km/h !

Devant l’intérêt suscité par ce sport complètement délirant, la petite localité suisse de Stechelberg, dans la vallée de Lauterbrunnen (Jungfrau) organise la première Coupe du monde de saut en combinaison ailée, du 22 au 25 octobre prochain. Et à en juger par la vidéo qui précède, on peut s’attendre à des compétitions pour le moins… ébouriffantes.

***

Mise à jour: un reportage de la chaîne Arte, où on traite notamment de la version hivernale du « wing suit base jump », mettant en vedette d’autres avions humains.

[youtube JHlOvhlKPvs]

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je trouve que assister à la première coupe du monde de saut en combinaison ailée (Wing suit base jump) est une excellente raison de se rendre en Suisse, dans la petite localité de Stechelberg, dans la vallée de Lauterbrunnen pour un voyage très divertissant. Assister à une telle compétition doit être impressionnant. Je crois que ça prend énormément de courage pour se jeter du haut d’une falaise, déployer ses « ailes » et voler dans les airs à plus de 200km/h, un peu comme les écureuils volants. Une chance qu’il y a un parachute pour l’atterrissage. Et l’hiver, les sauts en ski, vous imaginez le froid, le vent glacial qui vous fouette le visage. Ça doit donner une poussée d’adrénaline qui vous rend euphorique. J’aimerais bien avoir le courage d’essayer ce sport un jour, mais en attendant je me contenterai d’admirer.