Sale temps pour le tourisme, de Bangkok à la Louisiane

Plusieurs hauts lieux du tourisme mondial traversent présentement une forte zone de turbulence – où s’apprêtent à le faire –, et ce, sur trois continents.

Bangkok, côté lumière - Gary Lawrence
Bangkok, côté lumière - Gary Lawrence

D’abord Bangkok, qui est loin d’attirer les voyageurs ces jours-ci, continue de s’enfoncer dans le chaos. L’ambassade canadienne vient d’ailleurs d’y être fermée temporairement, et l’état d’urgence s’étend maintenant à une quinzaine de provinces thaïlandaises.

Ensuite la Grèce, qui suscite encore et toujours craintes et suspicion, voit de plus en plus de réservations annulées de la part des voyageurs – quoique l’éventualité d’une flopée d’aubaines semble de plus en plus se vérifier.

Puis l’Europe toute entière, qui est soumise aux sautes d’humeur d’un volcan devenu un véritable « pain in the ash », et dont la zone d’impact s’étend maintenant jusqu’en Afrique du Nord et en Turquie, entraînant des pertes colossales auprès des entreprises qui oeuvrent dans l’industrie du tourisme.

https://www.dailymotion.com/video/xd62nn_l-impact-de-la-maree-noire-sur-le-t_news

Enfin, plusieurs régions côtières des États-Unis (Alabama, Louisiane, Mississipi, Floride), voire la Nouvelle-Orléans elle-même, sont menacées par la très obstinée marée noire, qui continue de prendre de l’ampleur d’heure en heure. L’impact anticipé est tel que la Floride vient de réclamer 34 M $ en dommages auprès de BP, pour redorer son image entachée avant même qu’une seule goutte d’huile ait touché ses plages.

Entretemps, l’Afrique du Sud réalise qu’elle recevra beaucoup moins de visiteurs que prévu lors du Mondial ; le Népal, en dépit d’une récente accalmie, demeure aux prises avec un possible retour de ses tourments politiques; et le risque d’une grève imminente chez British Airways menace de clouer au sol 100 000 passagers.

Quand toute cette poussière retombera-t-elle ? C’est bien là le problème. Car dans la plupart des cas, personne n’est en mesure de le prévoir. En attendant, on peut se consoler en admirant ces splendides images, en accéléré, de l’activité du volcan Eyjafjöll.

Les commentaires sont fermés.

J espere que le Canada VA EN PROFITER pour annoncer qu il n y a PAS de desastre ecologiques ou de manifestations politiques anarchiques.

C est LE MOMENT de mettre EN MARCHE la PUBLICITE .

La GASPESIE et ses PLAGES, l ILE DU PRINCE EDOUARD avec des virees dans les vieux quartiers de la ville de QUEBEC.

C’est dans le monde entier que le touriste libre est menacé et le tourisme en groupe est confiné .
La violence augmente dans tous les pays car le tourisme est souvent dévastateur pour les populations et l’écologie
Pour un Québecois le Canada est une platitude à visiter, mieux vaut un bon tour du Québec et de notre grand nord , les îles de la Madeleine et nos Laurentides .

Je crois que les violences n’empêchent pas et n’empêcheront jamais les vrais voyageurs de voyager.
Evidemment, on évite l’Afganistan, encore que… La DGSE a bien récupéré une famille qui déambulait en camping car dans les montagnes afganes…
Alexandre, http://www.monblogdanslemonde.com