Scandale à base de bière à Lévis

C’est l’histoire d’une blague de très mauvais goût qui tourne au scandale.

Photo © Radio-Canada
Photo © Radio-Canada

Le 31 octobre, une photo est publiée sur la page Facebook de la microbrasserie Le Corsaire de Lévis. Dessus, un serveur tire les cheveux d’une poupée Barbie ayant remplacé la poignée du robinet à bière. Un message accompagne la photo : «Une Tite Pute svp!».

Une publication destinée à promouvoir une bière saisonnière baptisée «La Tite-Pute» et décrite comme «une blonde facile, légère et fruitée». Très vite, c’est le tollé. La photo circule sur le Web et les propriétaires de l’établissement reçoivent une flopée de critiques.

Mercredi matin, la microbrasserie a retiré la photo controversée et a publié un message d’excuses. «Le Corsaire est sincèrement désolé de la publication de la photo parue le 31 octobre dernier et nous sommes conscients que c’était de mauvais goût. Soyez assuré que nous ne cautionnons aucunement ce geste et que cela ne se reproduira plus.»

Interrogée par Radio-Canada, l’une des propriétaires, Julie Gagnon, raconte que le nom «Tite-Pute» est né d’une «bonne ou mauvaise blague, dépendamment de l’humour des gens», et ouvre la voie à une modification.

bie_perruche_big«Changer les noms des bières, pourquoi pas ? Si les gens s’enfargent là-dessus, que ça les choque vraiment, et qu’ils ne prennent pas ça comme nous au deuxième degré… Mais je pense que dans le milieu des microbrasseries, il y a quand même plusieurs noms qui sont assez trash

La microbrasserie, qui s’est excusée de l’incident, n’en est pas à son coup d’essai, ayant déjà commercialisé «La vicieuse» ou encore «La perruche», qui présente sur son étiquette une femme nue sur un trapèze.

En France, deux Bas-Normands ont récemment lancé la «Kékette», dont le slogan est «Vous prendrez bien un petit coup de Kékette ?».