Sucre en 16 photos non édulcorées

Incursion au coeur de la plus belle ville coloniale de Bolivie.

Si La Paz est la capitale administrative de la Bolivie, la cité coloniale de Sucre en est la capitale constitutionnelle, législative et historique. Inscrite sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1999, elle est surtout considérée comme la plus belle ville du pays, et l’une des plus intéressantes à parcourir. Petit tour guidé en 16 photos.

Photo: Gary Lawrence

Située au centre-sud du pays, Sucre tient son nom du maréchal Antonio José de Sucre, héros de la lutte pour l’indépendance et lieutenant de Simón Bolívar. Aujourd’hui, la ville compte au bas mot 300 000 habitants et elle est en pleine croissance, en raison de l’exode rural.

Photo: Gary Lawrence

Magnifique exemple de baroque et de néoclassicisme français, le Palacio Nacional rappelle que Sucre fut la première capitale de Bolivie, en 1828, quand le pays est devenu indépendant. Il abrite aujourd’hui le siège du gouvernement autonome de Chuquisaca, le département où est située la ville.

Photo: Gary Lawrence

À l’intérieur de la Casa de la Libertad (maison de la liberté), considérée comme le berceau de la nation bolivienne, on peut voir une copie de la déclaration d’indépendance, qui fut signée ici le 6 août 1825. C’est également ici que s’est réunie la première assemblée constituante du pays et que le maréchal Sucre est devenu le premier président de la nouvelle république.

Photo: Gary Lawrence

Aujourd’hui siège d’une école et d’un musée, le complexe religieux San Felipe Neri, construit entre 1775 et 1799, comprend un ravissant cloître à deux étages doté de multiples arches.

Photo: Gary Lawrence

Comme dans bien des colonies espagnoles d’Amérique du Sud, le syncrétisme est omniprésent dans les églises boliviennes. Pour convertir les populations locales au catholicisme, on intégrait ainsi des éléments indigènes dans l’iconographie religieuse, comme ce plat de cochon d’Inde, très prisé dans les Andes et incorporé à cette Cène qu’on peut voir à San Felipe Neri.

Photo: Gary Lawrence

Depuis le toit de tuiles du couvent de San Felipe Neri, on jouit d’une vue à 360 degrés sur Sucre, et on comprend mieux l’origine de son surnom de «ville blanche des Amériques», compte tenu des innombrables immeubles chaulés qui s’y déploient.

Photo: Gary Lawrence

Sucre s’est beaucoup développée avec la richesse de Potosí, dont les mines d’argent ont fait la fortune de la couronne d’Espagne. Les Espagnols qui vivaient dans cette ville située à 4 000 m pestaient contre  le froid et le soroche, le mal de l’altitude, et ils décidèrent donc de s’installer à Sucre, bien plus agréable – et située loin des mineurs et des esclaves.

Photo: Gary Lawrence

Bien que Sucre soit située à 2 800 m d’altitude, il n’est pas rare d’y voir pousser des poinsettias, des lauriers-roses, des citronniers et des orangers, comme ici, au monastère de La Recoleta. Il faut dire que la ville jouit d’un climat particulièrement agréable et d’un ensoleillement quasi permanent toute l’année.

Photo: Gary Lawrence

Fondé en 1601 par l’ordre des Franciscains, le monastère de La Recoleta domine Sucre du haut du Cerro Churuquella. Un petit musée attenant expose des œuvres anonymes qui datent du XVIe siècle, alors que les ravissants jardins abritent un cèdre millénaire, l’un des derniers de la région, qui en comptait jadis des milliers avant l’arrivée des Espagnols. Le cadre architectural est quant à lui aussi ravissant qu’apaisant.

Photo: Gary Lawrence

Plusieurs bâtiments coloniaux de Sucre sont aujourd’hui utilisés comme bureaux, commerces, écoles de langues ou établissements hôteliers, comme le splendide hôtel de Su Merced, dont le toit-terrasse offre une vue imprenable sur la ville.

Photo: Gary Lawrence

Comme à La Paz, Sucre a récemment vu apparaître des campements improvisés dans l’esprit du mouvement Occupy. Ici, ce sont cependant des personnes handicapées qui manifestent et qui réclament que la pension mensuelle que leur fournit l’État soit haussée à 500 bolivianos (environ 65 dollars).

Photo: Gary Lawrence

À l’instar des autres villes boliviennes, le marché central de Sucre est aussi coloré qu’abondamment pourvu en fruits, légumes et denrées de toutes sortes.

Photo: Gary Lawrence

Pas toujours facile, la conciliation travail-famille. Cette vendeuse de légumes du marché central de Sucre réussit néanmoins à tenir son kiosque et à s’occuper de son bébé… tout en passant un coup de fil.

Photo: Gary Lawrence

C’est dans les environs de Sucre qu’on a découvert un riche gisement d’ossements de dinosaures, et pas moins de 5 000 empreintes de huit espèces de ces immenses créatures. Non loin du Parque Cretácico (et, accessoirement, du cimetière général), cette cabine téléphonique le rappelle, non sans une pointe d’humour.

Photo: Gary Lawrence

En marge des hautes pierres tombales, mausolées et autres grands monuments élevés aux morts aisés, la majorité des occupants du cimetière général de Sucre reposent dans de petits caveaux, comme ceux-ci.

Photo: Gary Lawrence

Chaque caveau comporte des objets que le défunt qui y repose aimait bien, ou qui rappellent son mode de vie. En l’espèce, il semble que ce Bolivien avait un certain sens de la fête. Comme la plupart des Boliviens, d’ailleurs. Mais ça, c’est une autre histoire…

À savoir
Depuis quelques années, Copa Airlines relie Montréal à Panamá – maintenant quatre fois par semaine ­– et donne accès à une multitude de destinations en Amérique centrale et du Sud, dont Santa Cruz, métropole de la Bolivie. De là, un saut de puce d’une heure sur les ailes d’Amaszonas ou de Boliviana de Aviación permet de rallier Sucre.

Entre autres voyagistes montréalais, Uniktour propose d’excellents circuits et des voyages sur mesure, en Bolivie et dans 119 autres pays, en collaboration avec des voyagistes réceptifs locaux qui disposent de très bons guides, souvent francophones.

À lire avant ou pendant un séjour en Bolivie: le Lonely Planet Bolivie (en français, 2015), bourré d’infos pertinentes (mais qui souffre de quelques erreurs); le Guide du Routard Pérou, Bolivie 2016/17, un peu moins complet que le précédent.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie