Trois midis, trois ailleurs

Décidément sympathiques et pas chers, les Midis du Festival Montréal en lumière, qui permettent de (re)découvrir de chouettes restos. Et, comme je l’ai fait trois fois cette semaine, de partir quelques heures à l’étranger sans quitter Montréal  – le « tourisme gastronomique à l’envers » dont me parle Jean-Pierre Lemasson dans le numéro de L’actualité actuellement en kiosque.

         Lundi, le Portugal, au Douro de Fernando Rodriguès. Avec, bien sûr, ce plat presque national que sont les sardines grillées, joliment présentées. Dessert amusant : crème caramel sur gâteau au chocolat. Et, en entrée, une salade verte toute simple, mais réussie  – ce qui n’est pas toujours le cas, comme si servir une bonne verte était compliqué ! (6518, boulevard Saint-Laurent, 514 273 6969)

         Mercredi, le Maroc, au Salon Mogador d’Amine Tligui. Banquettes basses, tables à l’avenant, décor « comme si vous étiez à Mogador », une ville dont l’histoire commence il y a 28 siècles et qui est, quoi de mieux pour égayer Montréal en février ?, « éternellement protégée par les alizés et noyée au milieu des fleurs ». Après une soupe harira parfumée à souhait, le tajine de ma compagne de table ne manquait pas de saveur (mais peut-être un peu de légumes), tandis que mon couscous royal tenait très bien la route. Fort recommandable ! (310, rue Beaubien est, 514 279 3530)

         Jeudi, l’Iran, au Byblos Le Petit café de Hemela Pourafzal. Devenu, après 20 ans, une institution de ce fort agréable quartier gourmand, ce restaurant vous emmène au Moyen-Orient, plus précisément en Iran. En entrée, la purée de courgettes et la purée de tomates, accompagnées d’une aubergine sauce à la menthe, étaient délicates. L’agneau aux griottes était aussi savoureux que dépaysant. Un autre très bon rendez-vous ! (1499, avenue Laurier est, 514 523 9396)

Dans la même catégorie