Troquer la porno pour l’art contemporain à l’hôtel

Les clients des hôtels The Nordic Choice peuvent désormais davantage s’instruire qu’assouvir leurs instincts primitifs, dans l’intimité de leur chambre: le propriétaire de cette bannière scandinave de 171 établissements vient en effet de retirer les films pour adultes de la télé payante pour la remplacer par des vidéos traitant d’art contemporain, rapporte The Guardian.

Si l’omniprésence de la pornographie gratuite sur Internet y est peut-être pour quelque chose, c’est surtout l’impact des campagnes de sensibilisation de l’UNICEF sur le trafic et l’exploitation sexuelles des enfants qui explique ce choix, assure Petter Stordalen, propriétaire des hôtels The Nordic Choice.

Philantrope bien connu en Scandinavie, ce Norvégien est le sixième plus riche ressortissant de son pays, avec une fortune personnelle évaluée à 1,2 G $.

Fortement précoccupé par l’environnement, Stordalen s’est déjà enchaîné à une centrale nucléaire, a financé un programme de protection d’une forêt pluviale en prélevant une somme sur les frais de réservation de ses hôtels, et il a converti sa Ferrari au biocarburant. Mais surtout, il collectionne l’art comme d’autres respirent.

« Pour moi, l’art est essentiel au quotidien; mais dans les hôtels, il a généralement mauvaise réputation parce qu’on tente trop souvent de choisir les « oeuvres » en fonction de la couleur du sofa, a-t-il expliqué au Guardian. Et j’aimerais bien que ça change… »

Pour ce faire, Stordalen a commencé par redécorer chacune des 121 chambres de l’hôtel The Thief, à Oslo, notamment avec des oeuvres originales tirées de sa collection personnelle. En outre, la télé de chaque chambre de The Thief propose une sélection de neuf vidéos portant sur l’art contemporain. Et selon le directeur de l’hôtel, personne n’a encore exigé de ravoir accès aux films sulfureux…

Le prochain hôtel Nordic Choice à être reconverti sera celui de Copenhague.

Pour lire l’article du Guardian, cliquez ici.

Pour sélectionner mes chaînes Twitter et Facebook, rendez-vous ici et ici.

 

 

Laisser un commentaire