Un site canadien parmi les Sept merveilles naturelles du monde?

D’ici peu, les Sept nouvelles merveilles naturelles du monde seront dévoilées au terme d’un vote international qui aura duré plus de trois ans. Parmi les 28 sites finalistes retenus, un seul est canadien: la baie de Fundy (Nouveau-Brunswick/Nouvelle-Écosse), célèbre pour ses plus hautes marées du globe et ses fameux « pots de fleur », des formations géologiques sculptées par l’érosion.

La baie de Fundy, une des nouvelles merveilles naturelles du monde, vraiment? - Crédit: Tourisme Nouveau-Brunswick

L’idée de créer pareille liste revient à Bernard Weber, un « cinéaste, conservateur de musée, aviateur et explorateur » canadien né en Suisse, qui a voulu actualiser la liste des Sept merveilles du monde de l’Antiquité. En 2007, à la suite d’un vote par Internet auquel ont participé 100 millions de personnes, Sept nouvelles merveilles du monde – celles qui sont d’origine humaine, s’entend – avaient ainsi été choisies.

Dès le dévoilement de cette liste, Bernard Weber décidait de lancer une nouvelle campagne visant cette fois-ci à déterminer les Sept merveilles naturelles du monde. Au début, 440 sites ont été proposés dans 220 pays; de ce nombre, les 77 sites les plus populaires ont été retenus. Un groupe d’experts a par la suite réduit cette liste à 28 sites, à partir de laquelle les Sept nouvelles merveilles naturelles du monde seront choisies par le public, le mois prochain. Pour ce faire, quiconque peut d’ailleurs voter par Internet, texto ou téléphone, jusqu’au 11 novembre.

Si la sélection de certains des 28 sites finalistes va de soi (le Grand Canyon, la baie d’Halong, les chutes d’Iguazu), on ne peut pas en dire autant des Îles Bu Tinah, aux Émirats arabes unis (des îles-sauvages-non-perturbées-par-l’activité-humaine, on en trouve treize à la douzaine en Micronésie), ou de la Forêt noire allemande (ce ne sont quand même pas les forêts fantastiques qui manquent sur la planète…), entre autres choix discutables.

Du reste, même si les fjords de Milford Sound, en Nouvelle-Zélande, sont époustouflants, où sont passés ceux de Norvège? Si on inclut des sites aussi immenses que l’Amazone et la Grande barrière de corail, pourquoi pas les Rocheuses ou l’Himalaya? Quant aux volcans de boue de l’Azerbaïdjan, comment expliquer leur prééminence sur les lacs de lave du Vanuatu ou le volcan Bromo, sur l’île de Java, bien plus impressionnant que le Vésuve, pourtant retenu parmi les finalistes? Sans compter d’autres grands absents comme les montagnes jaunes de Chine, le parc de Yellowstone ou les îles de la péninsule Antarctique…

En 2007, l’Unesco avait critiqué l’initiative de Bernard Weber (le lendemain d’une annonce au contraire par le Bureau des nations unies pour les partenariats, comprenne qui peut…), tout en rappelant qu’elle n’était aucunement impliquée dans son projet, et que les Sept nouvelles merveilles du monde n’avaient rien à voir avec sa Liste du patrimoine mondial.

« Il n’y a aucun point de comparaison entre la démarche médiatique de M. Weber et le travail scientifique et éducatif résultant de l’inscription des sites sur la Liste du patrimoine mondial, avait déclaré l’Unesco à l’époque. La liste des 7 nouvelles merveilles sera le fruit d’une initiative privée, ne reflétant que l’opinion d’un public ayant accès à l’Internet, et non celle du monde dans son ensemble. Cette démarche ne pourra en aucune manière contribuer de façon significative et durable à la préservation des sites élus par ce public. »

Même si un groupe d’experts – dont l’ancien directeur général de l’Unesco, Federico Mayor – est intervenu dans la présélection finale, les 440 premiers sites ont d’abord été choisis par le commun des internautes et par ceux qui ont accès à un téléphone. Et c’est ce même grand public qui aura décidé, le 11 novembre prochain, si la baie de Fundy est une merveille du monde ou pas. Même si ce site ne figure pas parmi les nombreuses inscriptions canadiennes sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco…

Les commentaires sont fermés.

Bonjour Monsieur Lawrence,

Bonne critique de ces choix critiquables…

J’aimerais par contre ajouter que la Baie de Fundy est située dans un territoire qui détient un statut de l’UNESCO, celui de Réserve mondiale de la biosphère.

Leur site web : http://fundy-biosphere.ca/fr/

Je crois me rappeler vous avoir déjà lu quant à quelques-uns de ces territoires du programme Man and Biosphere de l’UNESCO que vous connaissez certainement.

Au plaisir de lire vos chroniques!

Bonjour Mme Clavette,

Effectivement, mais le statut de Réserve mondiale de la Biosphère (qui a pour but de concilier conservation de la diversité naturelle et culturelle et développement économique et social) est fort différent de celui des sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial (qui ont une valeur universelle exceptionnelle et qui répondent à certains critères), comme vous le savez sans doute.

Pour ceux que ça intéresse:
-http://www.unesco.org/new/fr/natural-sciences/environment/ecological-sciences/biosphere-reserves/
-http://whc.unesco.org/fr/criteres

Merci de m’avoir permis de faire cette précision.

Cordialement,

GL