Une caméra d’aéroport qui «voit» sous les vêtements

La MM-Imager 90 peut détecter instantanément tout matériau non organique (fer, verre, céramique, béton, etc.), mais aussi le bois et les substances liquides dissimulés sous les vêtements d’un passager.

Art_de_vivreLes scanneurs corporels des aéroports sont-ils appelés à disparaître, dans leur forme actuelle, et dans un avenir pas si lointain? À la lumière de ce que vient de dévoiler MC2-Technologies au magazine Le Point, on pourrait le croire.

Établi à Lille, en France, ce centre de recherche a mis au point la MM-Imager 90, une caméra qui peut détecter instantanément tout matériau non organique (fer, verre, céramique, béton, etc.), mais aussi le bois et les substances liquides qui seraient dissimulés sous les vêtements d’un passager.

Pour ce faire, nul besoin d’immobiliser une personne dans une cage de verre et de la bombarder d’ondes millimétriques, comme le font les scanneurs des aéroports d’Amérique du Nord et d’ailleurs: il suffit de la faire passer devant une «caméra passive». Cette dernière récolte alors les émissions électromagnétiques du corps, et tout objet qui les masque est automatiquement détecté.

Moins coûteux, moins contraignant, inoffensif et plus rapide que la technologie des ondes millimétriques – également jugée inoffensive –, le système conçu par MC2-Technologies s’avère aussi plus facile à déployer dans une multitude d’environnements, de l’aéroport au centre de congrès en passant par les hôtels.

L’entreprise française travaille également à la mise au point d’autres gadgets dignes d’une série d’espionnage, à savoir une (encombrante) caméra capable de voir à travers les murs (potentiellement utile lors d’une prise d’otages), de même qu’un pistolet brouilleur d’ondes qui pourrait forcer un drone à se poser rien qu’en le visant.

Si aucun aéroport d’Europe ne s’est à ce jour procuré une caméra MM-Imager 90 (à cause des lois européennes), la Chine en a acquis une dizaine d’exemplaires, et la Russie, l’Arabie saoudite et le Koweït se sont montrés intéressés.

En attendant, les scanneurs à ondes millimétriques – controversés depuis leurs débuts, voire potentiellement inefficaces – sont toujours déployés un peu partout dans le monde, même si les critiques à leur égard continuent de fuser, notamment en ce qui a trait à leur incidence sur la vie privée des passagers.

En effet, l’image du corps produite par le scanneur est parfois trop détaillée, quand elle n’induit pas en erreur celui qui l’analyse, comme l’a récemment appris à ses dépens un transgenre soupçonné de transporter des explosifs, après que l’examen d’un scan de ses organes génitaux les eut «considérés comme une anomalie».

Comme le rappelle le magazine Time, certains scanneurs confondent même la transpiration du corps humain avec une arme potentielle, et aucun ne peut repérer une arme dissimulée dans une cavité corporelle.

Mais le plus inquiétant, c’est que pendant qu’on nous force encore à retirer notre ceinture et nos chaussures dans bien des aéroports, bon nombre d’agents états-uniens de la Transportation Security Agency demeurent totalement inefficaces, avec ou sans scanneur: des agents spéciaux du Department of Homeland Security l’ont récemment prouvé en déjouant leur vigilance à 67 reprises, dans une série de 70 tests…

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie