Une coquerelle à bord d’un avion: 100 000 $ réclamés

Un jour que je voyageais à bord d’un obscur transporteur colombien, j’ai eu la surprise de voir défiler, sur le dossier des sièges devant moi, un authentique spécimen de coquerelle sud-américaine. Lorsque les passagers de l’allée voisine se sont aussi aperçus de la présence de cette blatte bien charnue, ils ont créé un mouvement de vague et ont sauté hors de leur siège, tout en étant amusés… mais pas choqués.

Un couple de Charlotte, en Caroline du Nord, a trouvé moins rigolote sa rencontre avec une coquerelle, dans un appareil du transporteur états-unien airTran : il lui réclame 100 000 $ pour « négligence, détresse psychologique, séquestration et autres pratiques commerciales mensongères ».

Il semble que ce soit tant la coquerelle que l’attitude des agents de bord qui motivent ici les plaignants: quand ils ont signalé la présence de ladite bestiole, qui venait d’émerger du compartiment à bagages ou du système d’aération de l’avion, ceux-ci leur auraient demandé de ne pas ébruiter l’affaire, tout en négligeant de régler le problème. D’autres passagers s’en seraient pourtant rendu compte eux-mêmes et auraient « souffert physiquement » de l’incident, soutiennent les demandeurs.

Tous les détails et un portrait en trois quarts face du cancrelat incriminant en cliquant ici et ici.

 

 

Laisser un commentaire