Une famille expulsée d’un avion à cause d’un film violent

Vous avez été surpris en découvrant qu’on peut être arrêté pour avoir diffusé une photo sur les réseaux sociaux, et qu’une tête de panda peut devenir une pièce à conviction? Vous allez vous étouffer avec votre café en apprenant qu’un avion a effectué un atterrisage d’urgence et qu’une famille en a été expulsée, puis détenue… parce que le père s’est plaint d’un film qu’il jugeait inapproprié pour ses enfants de 4 et 8 ans, rapporte ABC News.

Dans une lettre envoyée à The Atlantic Magazine, les parents expliquent qu’en février dernier, lors d’un vol de United Airlines entre Denver et Baltimore, ils ont demandé aux agents de bord s’il était possible d’interrompre la projection du film Alex Cross, qui comporte de nombreuses scènes violentes et qui est classé 13 ans et plus.

Le film, projeté sur des écrans rétractables, était visible de tous les sièges, y compris ceux des enfants du plaignant. À moins de porter un sac de papier sur la tête, ceux-ci n’avaient donc d’autre choix que d’y être exposés malgré eux.

Bien que plusieurs autres passagers et même un membre de l’équipage aient abondé dans le sens des parents, leur demande a été refusée, les membres du personnel à bord expliquant qu’il était impossible de rétracter les écrans ou d’interrompre le long-métrage.

Courroucés, les parents ont donc demandé le nom du commandant pour éventuellement se plaindre en haut lieu, mais les agents de bord ont, une fois de plus, opposé une fin de non-recevoir à leur demande, prétextant qu’il serait toujours temps, une fois l’avion atterri, de s’informer à ce sujet.

Une heure plus tard, alors que les parents étaient occupés à distraire leurs enfants pour éviter qu’ils voient le film, le commandant a avisé les passagers que l’appareil allait devoir effectuer un atterrissage d’urgence à Chicago, « pour des raisons de sécurité ».

https://www.youtube.com/watch?v=wXtRKrcPwKE

Une fois l’avion au sol, quelle ne fut pas la surprise de ces mêmes parents de voir un agent de police monter à bord et leur demander de quitter l’appareil avec leurs enfants, avant d’être interrogés par un agent du FBI… qui les a finalement relâchés 5 minutes plus tard.

Selon les parents, jamais la tension n’a monté d’un cran à bord, après l’imbroglio entourant le film. « Apparemment, le commandant a jugé que notre comportement constituait un grave danger pour l’appareil, les passagers et les membres de l’équipage », s’indignent-ils dans leur lettre.

Apparemment, il arrive que le manque de jugement augmente avec l’altitude, pourrait-on ajouter.

Une autre histoire à suivre dans le rocambolesque univers de l’industrie aérienne états-unienne.

Pour juger de l’à-propos de mon compte Twitter, cliquez ici.

Laisser un commentaire