Une pilule numérique pour améliorer son vol ?

Avalées avant de monter à bord d’un avion, elles permettraient d’affiner l’expérience de vol en transmettant des informations sur le passager au personnel de bord.

Photo: Pixabay
Photo: Pixabay

Le transporteur British Airways songe à offrir à ses passagers la possibilité d’avaler une pilule dotée de capteurs, pour rendre plus agréable l’expérience de vol, rapporte le Telegraph de Londres.

L’idée à la base de cette proposition tout droit sortie d’un roman de science-fiction: fournir de l’information sur l’état de santé du passager, mais aussi des données sur son état physiologique, afin de mieux répondre à ses besoins les plus criants.

L’information récoltée serait envoyée en temps réel au téléphone intelligent du passager, avant d’être relayée aux agents de bord. Ceux-ci interviendraient dès lors plus rapidement et efficacement, selon que le passager a « chaud ou froid, qu’il est nerveux ou endormi, affamé ou repu ».


À lire aussi:

Airbnb, fournisseur mondial d’expériences


Suivant le taux d’acidité de son estomac détecté par les capteurs, on pourrait aussi lui offrir des mets susceptibles d’être digérés plus aisément ; selon son degré d’anxiété, on lui suggérerait de visionner tel ou tel film ; en analysant son rythme cardiaque, une série d’exercices lui serait proposée.

L’environnement immédiat du passager pourrait quant à lui s’adapter automatiquement aux humeurs du passager : le degré d’éclairage ou d’inclinaison de son siège seraient par exemple ajustés, à mesure que des variations apparaîtraient dans la transmission de l’information.

British Airways voit même plus loin, poursuit le Telegraph : grâce à une application jumelée à l’ingestion de la pilule numérique, la totalité de l’expérience de voyage pourrait être améliorée, de la résidence du passager jusqu’à sa destination finale.

Évidemment, tout ce qui précède serait plus susceptible de se concrétiser en classes affaires et en première, puisque les passagers qui y prennent place bénéficient d’un espace semi-privé qu’on peut plus aisément contrôler.

Conçue par la firme états-unienne Proteus Digital Health, la pilule numérique est à l’étude par la FDA (Food and Drugs Administration) depuis l’an dernier. Elle suscite déjà des inquiétudes, notamment auprès des défenseurs du droit à la vie privée, qui craignent que les informations qu’elle permet de récolter soient utilisées à de mauvaises fins, surtout si la technologie en cause n’est pas assez sécurisée, souligne Slate.

L’an dernier, un expert en bioéthique a ainsi évoqué l’éventualité où des hackers pourraient faire chanter un particulier, après avoir mis la main sur des données compromettantes sur son état de santé.

Bref, pour l’heure, mieux vaut s’en remettre à certaines règles de base pour avoir droit à un agréable vol, comme maximiser ses chances de dormir à bord, par exemple…

 

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Effectivement, cette proposition semble tout droit sortie d’un roman de science-fiction. Allucinant!!!

British Airways ferait mieux de concentrer ses efforts et ses surplus à franciser son personnel de bord UNILINGUE,! Ça contribuerait à améliorer sensiblement « l’ecpérience client » de bon nombre de ses usagers! Même sur les vols au départ de Montréal, pas un mot de français!