Une taxe végane sur son café ?

Starbucks continue de demander un prix plus élevé pour ces boissons à base de lait végétal, que pour celles à base de produits laitiers.

Illustration : Stéphanie Aubin

Le groupe animaliste PETA (People for the Ethical Treatment of Animals) enchaîne les moyens de pression auprès de Starbucks pour qu’elle pousse plus loin son engagement à offrir des options véganes sur son menu. La chaîne américaine a annoncé au début de l’année de nouvelles boissons à base de lait végétal, une façon de contribuer à son objectif de réduire ses émissions de carbone de 50 % d’ici 2030. Sauf que la multinationale continue de demander un prix plus élevé pour ces boissons que pour celles à base de produits laitiers.

PETA y voit une « taxe végane » irresponsable pour l’environnement et discriminatoire envers les personnes intolérantes au lactose. En janvier, le groupe a organisé des manifestations pour dénoncer la situation. Selon PETA, plus de 110 000 personnes ont aussi envoyé une lettre de mécontentement à Starbucks par l’intermédiaire de son formulaire Web.

Le groupe a également annoncé, en décembre, avoir acheté des actions de l’entreprise pour pouvoir intervenir lors de son assemblée annuelle des actionnaires.