Voyager à rabais grâce à Facebook et Twitter

Vous hésitez encore à vous ouvrir un compte Facebook ou Twitter? Peut-être changerez-vous d’avis en apprenant que de plus en plus d’entreprises de l’industrie du tourisme utilisent les médias sociaux pour rejoindre leur clientèle… et leur proposer des rabais substantiels, rapporte le site états-unien Smarter Travel.

Crédit: Gary Lawrence
Crédit: Gary Lawrence

Pour ce faire, rien de plus simple : il suffit de « devenir  ami » ou d’adhérer à la « fan page » d’une entreprise (en cliquant sur « J’aime ») pour Facebook, ou de s’abonner au compte Twitter des entreprises qui vous intéressent; ensuite, il ne reste plus qu’à attendre que les offres soient dévoilées au fil des jours ou d’effectuer des recherches par mot-clé (ce qui est plus efficace sur Twitter).

La plupart des grandes entreprises (compagnies aériennes, de croisières ou de location de voitures, voyagistes, hôtels, etc.) et de nombreux offices de tourisme sont désormais présents. Aux États-Unis, certains transporteurs comme JetBlue et AirTran sont très actifs, et offrent même des rabais exclusifs à ceux qui sont abonnés à leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Chez les compagnies présentes chez nous, Vacances Air Canada dispose d’une section « spéciaux de dernière minute » sur sa page, en plus de diffuser ceux-ci à ses abonnés Twitter, alors qu’Air France a muni sa page d’un curseur de 97 à 879 euros (en date d’aujourd’hui) : en le faisant bouger, on voit apparaître et disparaître les destinations accessibles pour un tarif donné.

D’autres fournisseurs proposent des ventes, des offres limitées, des rabais de dernière minute, comme l’agence Voyages à Rabais, mais aussi des concours. Cette semaine, Air Transat a ainsi lancé la promotion « Sièges réservés » qui durait 24 h, où elle demandait aux utilisateurs de Facebook de réserver un siège fictif sur un vol à destination du Panama, avant de procéder à un tirage au sort. En date d’aujourd’hui, 13 h 13, la page Facebook d’Air Transat est « aimée » par 45 126 personnes…

Notons que ce faisant, l’entreprise peut demander d’avoir accès à plusieurs informations sur votre compte (comme le fait Air Transat), et il faut donc s’assurer que tous les niveaux de confidentialité soient réglés pour correspondre à ce que vous êtes prêts à divulguer sur votre vie privée.

Du reste, on peut aussi devenir ami où suivre ses chroniqueurs, journalistes, blogueurs (dont votre humble serviteur, ici et ici) ou sites Web spécialisés sur un aspect précis du voyage, pour avoir accès à de l’information à jour.

Enfin, de plus en plus d’internautes choisissent d’utiliser les médias sociaux pour accéder au service à la clientèle d’une entreprise, en posant directement des questions ou en formulant une plainte sur Facebook ou Twitter. Des transporteurs comme Delta ont même affecté du personnel accessible en temps réel à cet effet. De la sorte, les clients se sentent parfois plus proches de l’entreprise, à cause de la convivialité inhérente aux médias sociaux. Sans compter le temps de réponse, souvent plus efficace qu’avec un téléphoniste incompréhensible basé à Mumbai…

Laisser un commentaire

L’idée de recevoir rabais pour joindre un group de Facebook ou Twitter c’est une bonne notion. Si les personnes ont le temps de joindre ces groupes, tout mieux pour eux. Les adhérant de Facebook et de Twitter disent qu’il est très facile de communiquer avec les individus qu’on ne voit pas toujours. C’est une bonne façon de communiquer avec personnes à qui on ne veut pas donner notre numéro de téléphone, comme un collègue de travail.

Quelques désavantages du Twitter et du Facebook sont : la sécurité des jeunes, la sécurité de votre information personnelle et la publication de photos qui peuvent être horrible pour votre réputation. Dans beaucoup de cas, personnes ont perdu ses emplois à cause de Facebook et Twitter. Ils ont misent quelques photos absurdes sans penser qui tout le monde peut les regarder. Donc je comprends la raison pour laquelle quelques personnes ne veulent pas de compte de Facebook ou de Twitter. C’est comme une dépendance. On a besoin d’y aller toujours pour voir qui nous à additionner ou si quelqu’un à écrire sur notre mur. C’est l’arrête de la communication personnelle. D’après moi c’est la décision de chaque personne s’ils veulent devenir fan d’une entreprise seulement pour les rabais, mais ils doivent savoir les conséquences qui peuvent arriver d’être à ces sites.