Voyager de New York à Los Angeles en 45 minutes?

Dans un avenir plus ou moins rapproché, pourra-t-on franchir les 4500 km séparant la Grosse Pomme de la Cité des Anges en moins d’une heure?

C’est ce qu’avance le plus sérieusement du monde Daryl Oster, fondateur et p.-d.-g. d’ET3, une entreprise en train de développer une sorte de pipeline à voyageurs, l’Evacuated Tube Transport (ETT).

À l’intérieur de ce gros tube de 1,5 mètre de diamètre reliant deux villes, on ferait circuler des capsules contenant six passagers assis, et qui se déplaceraient à… 6500 km/h.

Pour atteindre pareille vitesse, ces capsules seraient mues par sustentation électromagnétique dans un environnement exempt d’oxygène, et sans aucun contact ou friction avec le tube.

Même si une vitesse si vertigineuse peut paraître relever de la science-fiction, il faut savoir qu’à Shanghai, le MAGLEV – le train le plus rapide du monde, qui fonctionne précisément par sustentation électromagnétique – atteint déjà 431 km/h, et qu’il peut aller jusqu’à 580 km/h lorsqu’il dispose d’une assez longue ligne droite.

Bien sûr, ce n’est pas demain la veille qu’on passera de New York à Beijing en deux heures à bord d’une capsule. Mais puisque la technologie existe déjà, on peut toujours rêver…

Pour plus de détails sur l’ETT, consultez cette Foire Aux Questions.

Pour vous rendre sur mon compte Twitter en une fraction de seconde, cliquez ici.

 

Laisser un commentaire