Voyages d’affaires et congrès : quelques tendances pour 2015

Le voyage d’affaires évolue… et le milieu n’a d’autre choix que de s’adapter. Voici quelques tendances qu’on peut d’ores et déjà observer dans ce secteur, et d’autres qui sont à surveiller de près.

170410604-businessman-with-mobile-phone-looking-out-gettyimages
Photo : Getty Images

Qu’est-ce qui pend au bout du nez des voyages d’affaires et de congrès, en Amérique du Nord, en 2015 ? Davantage de déplacements professionnels — possiblement de 3 à 4 % de plus —, mais à des coûts plus élevés, hausse de la demande oblige, rapporte le Réseau de veille en tourisme de la chaire de tourisme Transat, à l’UQAM.
Art_de_vivre

La raison ? Tandis que l’austérité demeure le maître mot au Québec, l’économie mondiale se porte mieux, et les voyages d’affaires devraient faire de même en 2015, estime Advito, une filiale de la firme de consultants BCD Travel.

Dans une étude conjointe, le géant Carlson Wagonlit Travel et la Global Business Travel Association abondent dans le même sens, allant même jusqu’à quantifier ces hausses selon les régions du monde et les prestataires. Ainsi, en Amérique du Nord, les services reliés au tourisme d’affaires (hébergement, vols, etc.) devraient accuser de 2,5 à 3,5 % de hausse pour l’année en cours.

Du reste, la génération Y continue de prendre sa place et d’imposer ses vues dans l’univers du tourisme d’affaires. Plus exigeants que les baby-boomers, et surtout bien plus connectés, les Y accordent beaucoup de temps à la recherche en ligne, avant de tout réserver eux-mêmes et… de dépenser avec moins de scrupules lorsque c’est l’employeur qui règle la note.

Toujours selon les sources consultées par le Réseau de veille en tourisme, plus de la moitié de ces voyageurs voient d’un bon œil les hébergements alternatifs (comme Airbnb), y compris dans le cadre d’un déplacement professionnel.

Dans la foulée, les grands hôtels n’ont d’autre choix que d’évoluer et d’offrir des services comme l’enregistrement en ligne, la commande de nourriture par téléphone et le clavardage avec un concierge, par exemple.

En ce qui a trait aux congrès et réunions d’affaires, la technologie continue de prendre une place prépondérante chez les participants, qui ne rechignent pas, du reste, à se laisser gâter entre deux réunions. En conséquence, les organisateurs sont enclins à leur proposer yoga, massages, périodes d’entraînement et autres collations santé…

Enfin, exit l’époque où l’on s’asseyait dans une salle tristounette pour écouter un conférencier soporifique : désormais, les conférences adoptent la tangente ludique — résolution d’une énigme, exposés sous formes de jeux, etc. —, peut-être pour garder éveillée une proportion grandissante de congressistes atteints d’un déficit d’attention ?

Pour tous les détails, consultez l’article de Claudine Barry, du Réseau de veille en tourisme, en cliquant ici.

* * *

À propos de Gary Lawrence

Journaliste indépendant, Gary Lawrence a foulé le sol des sept continents de la planète et de plus de 90 pays. Ex-rédacteur en chef d’un magazine spécialisé en tourisme, il a aussi été rédacteur en chef francophone d’un service de presse touristique et a signé à ce jour des centaines d’articles portant sur les voyages, dont bon nombre dans L’actualité. On peut le suivre sur Facebook et sur Twitter : @LawrenceGary.

Laisser un commentaire