Articles par Claudia Larochelle

Claudia Larochelle

Plusieurs éditeurs d’ici ont croisé le fer pour publier les titres en français de Heather O’Neill, écrivaine anglo-montréalaise de talent méconnue dans son propre patelin, qui a finalement arrêté son choix sur les éditions Alto. C’est Dominique Fortier qui signe la sublimissime traduction d’Hôtel Lonely Hearts, une grandiose histoire d’amour.

Moins convenu que le chocolat ou les fleurs, à la Saint-Valentin, offrez des mots à l’amour de votre vie. Claudia Larochelle propose quelques incontournables de la littérature amoureuse à parcourir, collés-collés.

Une BD imaginant un bogue informatique planétaire, la suite d’un prix Goncourt et sept nouvelles se déroulant à Montréal.

Les lubies et névroses de l’animateur et chroniqueur Jean-Sébastien Girard font partie du personnage qu’il s’est créé, mais ses lectures montrent qu’il n’y a pas tant de distance entre le gars de la radio et l’homme sensible qu’il est…

Ses deux précédents romans, Rien ne s’oppose à la nuit et D’après une histoire vraie, ont fait d’elle l’une des écrivaines françaises les plus appréciées au Québec. Pour Les loyautés, son nouvel opus, l’auteure s’est de nouveau inspirée de son vécu afin d’écrire sur l’une de ses plus fortes obsessions.

Si certains lecteurs et auteurs préfèrent le silence quand vient le temps de plonger dans le monde des mots, d’autres aiment se remplir les oreilles de musiques inspirantes. Claudia Larochelle nous propose des albums aux auras un peu magiques.

Un polar suédois, une BD érotique et un recueil de récits où s’entremêlent fiction et réalité.

Un livre abîmé est un livre qui a été aimé. Une devise qui colle bien au comédien et auteur Alexandre Goyette, qui ne ménage pas ses bouquins. Voici des titres qu’il a malmenés avec bonheur récemment.

Figure lumineuse de la littérature autochtone, Naomi Fontaine a le don de faire découvrir tout un monde de sensations et de vérités en une seule image. Avec les mots justes, elle tisse la toile douce-amère d’un quotidien tout près de nous, mais si loin en même temps.

Vous poursuivez la tradition des bas de Noël, mais vous avez envie d’y mettre autre chose que du chocolat ou des oranges… Et si vous y glissiez des livres de taille parfaite pour s’y trouver ? Les suggestions de Claudia Larochelle !

Chroniqueur littéraire et auteur (son plus récent roman, La chaleur des mammifères, est paru à l’automne), Biz a une table de chevet ensevelie de bouquins, dont ceux-ci.

Du féminisme, de la poésie et la chute en enfer d’une journaliste dans les livres proposés ce mois-ci par Claudia Larochelle.

Janette Bertrand signe le roman Avec un grand A, qui raconte l’histoire d’une famille bouleversée par la découverte de la bisexualité du père.

« Je trouve la vie assez absurde, l’humain assez décevant dans bien des domaines. Je sors tout ce « méchant » dans mes romans, et ensuite, j’ai envie d’être heureux. »

Les loups et les fantômes rôdent dans les romans proposés ce mois-ci par Claudia Larochelle.

L’écrivaine nous fait découvrir Roland Giguère, Joséphine Bacon et Ocean Vuong.

Une ex-journaliste qui s’insurge des pratiques à sa propre maison de retraite, la biographie de la jeune ballerine qui servit de modèle à Degas, et le deuil de ceux qui restent au lendemain d’un attentat.

Celui qui s’empare des mots avec singularité et les révèle au public comme nul autre est aussi un lecteur insatiable et curieux.

En juin dernier, Michel Tremblay soufflait sur ses 75 bougies. Un chiffre qui ne semble pas le ralentir puisque, fidèle à ses habitudes automnales, l’écrivain chouchou des Québécois offre à ses lecteurs un nouveau roman, Le peintre d’aquarelles, qui lève le voile sur l’autre facette créatrice du sensible artiste.

Le nouveau chef du Parti conservateur du Canada est un passionné d’histoire. Voici trois titres qui l’accompagnent.

Des nouvelles portant sur l’adolescence, les travers de la société américaine, et un premier roman explorant le thème des vies parallèles.

Entretien avec Sorj Chalandon

15 septembre 2017

En marge de la sortie de son dernier-né, Le jour d’avant, il s’est confié.

«La pauvreté n’est pas un mode de vie, c’est une violence absolue. Je n’ai pas choisi de “vivre modestement”, j’ai fait le choix d’accompagner mes livres au Québec, au Canada et à l’étranger.»

L’écrivain français revient sur un parcours littéraire atypique et tardif, mais non moins trépidant.