David Desjardins

David Desjardins

Depuis ses débuts comme chroniqueur en 2002, David Desjardins n’a cessé de chercher l’angle inédit par lequel prendre le fait de société, la tendance ou la nouvelle. Cela n’est pas une posture ni une provocation chez celui qui collabore au magazine L’actualité depuis 2011. C’est plutôt une manière de se placer en marge pour mieux comprendre la mécanique des faits, mais surtout celle de nos réactions devant ceux-ci. Toujours actif dans plusieurs médias, David Desjardins est basé à Québec. Il est aussi vice-président et fondateur de l’agence La Flèche, spécialisée en marketing de contenu.

La métaphore du surf

La lenteur, puis des explosions d’intensité. La mystique du surf peut parfois se transposer dans le monde du travail, pour ceux qui ont envie d’y ajouter un supplément d’âme.

Rester vivants

« À l’extrême gauche comme à droite, on raille encore cette posture-là. Celle du bourge, plus ou moins tenaillé par la culpabilité, qui vote et milite pour une gauche que le cliché prétend tartinée de caviar. »

La culture du magasin

« Nous nous arrêtons rarement pour considérer tous les mécanismes qui mènent au consumérisme. L’extrême détresse de gens qui triment comme des fous pour vivre le rêve, alors que, justement, ce n’est qu’une mystification. »

Désobéir

Sortir du rang, dans une société dont le fonctionnement est assuré par le conformisme, n’est pas chose facile. Mais cela peut parfois s’avérer salutaire.

Maudits jeunes

« Quand on s’y arrête, on constate que la société s’améliore constamment. Elle ne prend simplement pas toujours le chemin que souhaiteraient les plus vieux et autres grincheux médiatiques. »

L’autre blackface

« Le vrai blackface est là, au fond : chez tous ceux et celles qui ne disent pas ce qu’ils pensent, parce qu’ils n’en ont pas le droit. Mais qui n’en pensent ou n’en font pas moins. »

L’impasse

« S’il a le sentiment d’être pris dans une impasse, un animal peut se rebiffer et devenir agressif. C’est peut-être ça aussi qui est en train de se produire dans nos sociétés. »