Jacques Godbout

Jacques Godbout a appris à lire et à écrire vers l’âge de six ans. Il habitait le quartier Côte-des-Neiges à Montréal, fréquentait les pentes de ski du mont Royal, patinait, jouait au tennis chez sa voisine, allait au cinéma dans les sous-sols d’église plus souvent qu’à la messe à l’étage supérieur. Force lui est de reconnaître, aujourd’hui, qu’il est le produit de son enfance: romancier, essayiste, éditeur, cinéaste, il continue de jouer avec les balles et les idées. On a dit de lui qu’il est un touche-à-tout. C’est une méchanceté; en réalité sa curiosité est sans limites. C’est pourquoi on trouvera sous sa signature, dans L’actualité, dont il est un collaborateur de première date, des portraits, des essais, mais surtout une chronique consacrée aux livres étrangers et aux idées dangereuses. || Courriel : [email protected]

Être un élève, avoir des maîtres

Ce qui est stimulant dans la lecture de certains entretiens, c’est de pouvoir participer à la conversation, crayon à la main. Réunis dans une cabane au fond d’un jardin anglais, la journaliste Laure Adler et le philologue George Steiner nous offrent ce privilège.

Les origines du confort moderne

Il fallait, pour raconter habilement la lente acquisition du bien-être domestique, qu’un auteur né en Amérique emménageât dans un ancien presbytère, «solide, laid et respectable», au cœur de l’Angleterre. Ce monument anglican, construit en 1851, devenait alors le point d’ancrage d’un livre étonnant : Une histoire du monde sans sortir de chez moi.

Que du bonheur !

Opter pour la simplicité volontaire est plus un gage de bonheur que travailler jour et nuit pour accumuler des richesses et posséder des objets symboliques.

La belle grimace du FFM

La grimace s’adresse à tous ceux qui, depuis des années, ont entrepris une campagne de dénigrement du Festival des films du monde, au premier rang des Critiques patentés qui préfèrent les manifestations à paillettes et à vedettes de Cannes ou de Toronto.

Ratzinger ou Küng : lequel ira au ciel ?

Maintenant qu’un nouveau pape souriant est chargé de l’Église de Rome, remplaçant le triste Benoit XVI, dépassé par la tâche colossale de réformer cette institution corrompue, se joue le dernier acte du conflit fondamental qui oppose Joseph Ratzinger et Hans Küng.

Le poids de la culture

Les Presses Universitaires de France proposent en librairie un étrange ouvrage, quand on pense aux pratiques d’Internet, intitulé de façon provocante 1 kilo de culture générale, une sorte de superencyclopédie en un seul volume de 1 660 pages. Voici ce que Jacques Godbout en a pensé.

Du sang et des femmes

Comment en est-on venu à diviser le travail entre femmes et hommes ? Pourquoi les métiers de forgeron, de boulanger ou de marin sont-ils majoritairement masculins ? Et pourquoi la prêtrise est-elle interdite aux femmes dans l’Église catholique romaine ?

Douce France

Alain Finkielkraut, professeur à l’École polytechnique de Paris et brillant animateur d’émissions à France Culture, est un écrivain connu et respecté des intellectuels québécois. Or, son plus récent ouvrage a déçu ceux qui croyaient y trouver des arguments pour le débat sur la laïcité.

La vengeance du désert

L’écrivain Boualem Sansal laisse entendre que nous ne mesurons pas le danger que représentent les islamistes pour l’avenir de la civilisation, tout comme nos pères n’ont pas su voir venir le fascisme et le nazisme au siècle dernier.

Citoyen Jacques Godbout

La démocratie est morte, place à la postdémocratie, dit Jacques Godbout dans cet extrait d’un ouvrage d’entretiens avec Mathieu Bock-Côté. Avec ces deux-là, on ne s’ennuie pas !

Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie