Martine Desjardins

Martine Desjardins est l’auteure de cinq romans, dont deux sont parus en France et quatre ont été traduits en anglais. Elle a reçu les prix Sunburst et Jacques-Brossard de la science-fiction et du fantastique québécois pour Maleficium, et le prix Ringuet de l’Académie des lettres du Québec pour L’évocation. Elle est membre permanent du jury du prix Hervé Foulon du livre oublié. Elle signe la chronique « Livres » à L’actualité depuis 2007.

L’effet papillon

S’il y a un écrivain américain associé à la cause environnementale, c’est bien Barbara Kingsolver. Fille spirituelle du poète naturaliste Henry David Thoreau, cette ex-biologiste met ses talents de conteuse à défendre la biodiversité et l’équilibre des écosystèmes.

La plume au fusil

Parmi tous les romanciers qui ont écrit sur la guerre, l’Américain Kevin Powers est une singularité : il s’est engagé volontairement dans l’armée et, en 2004, a été envoyé dans le nord-ouest de l’Irak, où il a pris part aux combats en tant que mitrailleur d’une unité de génie.

Villages fantômes

Le feu vert donné au projet de minicentrale hydro-électrique en amont du site historique de Val-Jalbert, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, qui réduira le torrent des chutes à un « débit esthétique », a vraiment dû navrer l’auteure Ariane Gélinas.

Le mépris des femmes

La plus récente édition du guide Découvrir le Canada, publié par le ministère de la Citoyenneté et de l’Immigration, prévient les nouveaux arrivants que notre pays n’accepte pas les « pratiques culturelles barbares », tels les crimes dits d’honneur.

Délit d’initié

Si le mouvement Occupy Wall Street nous a appris une chose, c’est que les États-Unis sont l’un des champions mondiaux de l’inégalité en matière de distribution des richesses : 1 % de la population accapare 35,4 % de tout le patrimoine du pays.

Occasions de bonheur

Les gens heureux n’ont pas d’histoire — jusqu’à ce qu’un écrivain de talent décide de se pencher sur leur cas. Prenez Mãn, par exemple, la narratrice éponyme du nouveau roman de Kim Thúy, dont le prénom signifie « parfaitement comblée ». Mariée, mère de deux enfants, elle est propriétaire du meilleur restaurant vietnamien de Montréal et connaît la notoriété grâce à ses livres de cuisine et ses émissions de télé. « Un matin très tôt, dit-elle, j’ai ouvert les yeux et j’ai vu un monde si parfait que j’en ai eu le vertige. »

Cours de récréation

Pendant que le Québec n’en finit pas de débattre sur l’avenir des universités, François Blais nous offre une période de récréation bien méritée en se penchant sur les destins individuels d’un groupe d’élèves qui, en 1990, étaient en 5e année à l’école Laflèche de Grand-Mère : La classe de madame Valérie.

De l’ombre à la lumière

Les récits des prisonniers, aussi fascinants soient-ils, provoquent toujours un certain malaise. On ne peut écarter la désagréable impression, en les lisant, d’être manipulé par des êtres qui ont perfectionné l’art de mentir — surtout à eux-mêmes. C’est donc avec circonspection que l’on s’aventure dans Barbelés, les carnets de détention de Pierre Ouellet, un as des vols à main armée qui fut condamné à perpétuité, en 1986, pour le meurtre d’un policier.

Ceux qui restent

Le suicide est peut-être une solution permanente à un problème temporaire, comme on se plaît à le dire, mais pour ceux qui restent, cette « solution » engendre ses propres problèmes, qui, eux, risquent de devenir permanents.

Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie