Alors que Montréal perd peu à peu de sa superbe, ce sont les régions et la banlieue qui s’arrogent désormais une bonne part du marché de la marge, du «cool» et du festif. Pour sa première chronique pour L’actualité, Marilyse Hamelin nous plonge dans ce retour à la terre 2.0.