Articles par Olivier Bouchard

Olivier Bouchard

Le Canadien va devoir trouver le moyen de diminuer le nombre de chances de haute qualité qu’il accorde à son adversaire.

S’il est raisonnable de croire qu’Andrew Hammond va finir, plus tôt que tard, par perdre son soulier de verre, Craig Anderson attend en réserve.

Le secret du succès des Capitals en avantage numérique se résume en deux mots : Alex Ovechkin.

Après le duo Subban-Markov, c’est le déluge. Le Canadien cherche depuis longtemps une deuxième paire de défenseurs capables d’alimenter l’attaque.

Si Carey Price se blesse d’ici la fin de la saison, la manière de jouer du club pourrait être à blâmer.

La saison écourtée de 2013, celle qui a valu à Subban son trophée Norris, aura peut-être contribué à fausser les attentes à son égard.

Lorsqu’on décortique le temps de possession de la rondelle en fonction de la présence de Malhotra, les répercussions négatives de ce dernier ressort clairement.

Manny Malhotra est un véritable mercenaire des mises en jeu en zone défensive, un rôle de plus en plus important aux succès de l’équipe.

S’il n’est pas une vedette, Gallagher a une valeur certaine et son contrat lui rapportera 22,5 millions de dollars d’ici 2021. Que cède-t-il en retour ? Le pouvoir de décider où il jouera et, possiblement, beaucoup d’argent.

Que mijote Marc Bergevin ?

28 novembre 2014

En échangeant Travis Moen et Rene Bourque, le DG du Canadien a exploité trois particularités de l’économie du hockey.

Les rumeurs selon lesquelles le Canadien enverrait le numéro 51 en Alberta passent commodément un détail sous silence : du point de vue des Oilers, l’échange n’a aucun sens.

Nick Foligno peut-il vraiment accumuler les points au même rythme que John Tavares ? Regardons du côté des statistiques.

Les gardiens de but du CH ont jusqu’ici réussi à compenser pour le manque de discipline du club et ses difficultés à créer des chances de marquer lors d’avantages numériques.

Le Canadien se fie de plus en plus à David Desharnais pour créer des chances de marquer, d’où la part grandissante de mises en jeu en zone offensive prises par le petit joueur de centre.

Gilbert traîne la réputation d’un défenseur doué, mais qui manque d’intensité dans sa zone, qui est facile à bousculer et à effrayer. Celle-ci n’est pas tout à fait justifiée.

La date des dernières expansions s’éloigne et, avec elle, l’inévitable dilution du talent qui ouvre souvent la porte aux joueurs dont le rôle se résume à intimider et se battre. Le talent offensif prend de plus en plus de place.

À l’échelle d’une saison, le hockey nous réserve une quantité incroyable de surprises. Et l’on dispose aujourd’hui de plus en plus d’outils pour expliquer le rôle du hasard.