André Lavoie

Un bal ? Non merci !

Partout au Québec, les finissants du secondaire rongent leur frein en attendant de savoir si leur bal de fin d’études aura lieu. Et pendant ce temps, les intimidés et les indifférents préfèreraient bien passer leur tour.