Brian Myles

Brian Myles est professeur à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal, et blogueur à L’actualité depuis 2012. Il a été journaliste au quotidien Le Devoir, où il traitait des affaires policières, municipales et judiciaires. On peut le suivre sur Twitter : @brianmyles.

L’énième étude

Il y a de ces moments à l’hôtel de ville qui ressemblent au film le Jour de la marmotte: c’est un éternel recommencement. Près de dix ans après la production de la première étude (secrète) sur la collusion, la Ville a accouché d’un nouveau rapport sur le même vieux sujet. Le groupe de travail présidé…

Le rôle obscur de Marc-Yvan Côté

Il a été beaucoup question de Marc-Yvan Côté, l’ancien ministre libéral des Transports, depuis le début des travaux de la commission Charbonneau. Son nom a été cité à une centaine de reprises lors du témoignage de l’organisateur d’élections clefs en mains, Gilles Cloutier. M. Cloutier, un voleur d’élections professionnel, a été recruté chez Roche par…

L’indignation sélective du PQ

Le gouvernement minoritaire de Pauline Marois a le don de se mettre les pieds dans les plats. Cette fois, il n’est pas question de nominations partisanes, mais de l’indépendance même de la commission Charbonneau face au pouvoir politique. Pour la première fois depuis le début des travaux, le Parti québécois (PQ) a été impliqué directement…

Gérald Tremblay en deux tons

L’ex-maire de Montréal, Gérald Tremblay, a conclu son témoignage à la commission Charbonneau sur une pointe d’amertume, en reprochant à la première ministre, Pauline Marois, de l’avoir désavoué au plus fort de la crise à l’hôtel de ville, l’automne dernier. Le soleil radieux du week-end ne l’a pas rendu de bonne humeur. Il est revenu…

Le nettoyeur

Sans grande surprise, Gérald Tremblay a posé en nettoyeur, jeudi lors de son témoignage à la commission Charbonneau. Un politicien intègre, qui a tout fait pour endiguer la corruption et la collusion. Un homme d’action qui a limogé sans ménagement son directeur général, Robert Abdallah, et son collecteur de fonds, Bernard Trépanier. Le premier mangeait…

Le renard et le Zampino

Il a fini par laisser tomber son fromage, et un gros, ce Frank Zampino. L’ex-président du comité exécutif savait depuis au moins 2006 qu’il y avait un problème de collusion dans l’octroi des contrats à l’hôtel de ville. Une étude et une lettre confidentielle montrant un doigt accusateur en direction de quatre entreprises de la…

Zampino fait son numéro

La commission Charbonneau a offert à Frank Zampino une prestigieuse tribune à la hauteur de ses ambitions cette semaine. Convié à sa mise à mort symbolique au petit écran, le patron de la collusion à l’hôtel de ville a utilisé les audiences comme un miroir lui renvoyant une image satisfaisante de lui-même. Qu’il est beau,…

Montréal, vitrine touristique de la corruption

Le collègue Gary Lawrence m’a piqué au vif avec sa récente entrée sur les tours de ville pour les touristes axés sur la corruption à Prague, en République tchèque. Y a-t-il un entrepreneur propre pour un éventuel partenariat à Montréal, lançait-il? Ah! Quel potentiel dort dans notre métropole minée par la corruption. J’ai eu du…

Au tour de l’ex-maire Tremblay

La commission Charbonneau reprend ses travaux ce matin après une pause de deux semaines, pour en finir avec le témoignage de Bernard Trépanier. Suivront ensuite l’homme qui en savait trop, Frank Zampino, et l’homme qui ne savait rien, Gérald Tremblay. Dans Le Devoir de la fin de semaine, j’offre un bref survol du témoignage à…

L’agent Applebaum

Le ministre des Affaires municipales, Sylvain Gaudreault, ne donnera aucune suite aux récentes allégations au sujet du maire de Montréal, Michael Applebaum. Le dossier de l’agent Applebaum est réglé. Le maire «a fait la boulette», comme disait le savoureux personnage de François Pignon dans Le Dîner de cons. Fin 2003, alors qu’il siégeait au conseil…

La fin d’Union Montréal

Les rescapés d’Union Montréal, pour la plupart des indéfectibles partisans de l’ex maire Gérald Tremblay, attendent la fin de l’épisode montréalais, à la commission Charbonneau, pour saborder le parti. Union Montréal est un parti en sursis, rapporte aujourd’hui Le Devoir. On le savait déjà. En s’appuyant sur des sources anonymes, mes collègues rapportent que les…

Les nids-de-poule avant l’éthique

La brève mais laborieuse expérience de gouvernance par sondage a discrètement pris fin vendredi à l’hôtel de ville de Montréal, avec un vote unanime des 58 élus présents, tous favorables à l’octroi de contrats d’asphaltage à sept compagnies parmi lesquels figurent des membres du cartel des entrepreneurs: DJL, Louisbourg SBC et l’Usine d’asphalte Montréal-Nord. L’urgence…