André Ducharme

Diplômé en journalisme et information de l’Université Laval, je suis un témoin privilégié de l’actualité culturelle.

Déjà, à 11 ans, je partais de Québec «sur le pouce» pour venir entendre Monique Leyrac à Montréal, puis je repartais en pleine nuit, sur l’autre pouce, retrouver mes parents morts d’inquiétude… Pour ne plus les tourmenter, j’ai fini par m’installer à Montréal.

Depuis, je passe la plupart de mes soirées dans les salles de spectacles. Théâtre, chanson, danse, musique… me passionnent comme au premier jour.

J’ai écrit des récits radiophoniques pour Radio-Canada, une pièce de théâtre ( Léola Louvain, écrivaine ) montée par Paul Buissonneau, un pamphlet sur un sujet casse-margoulette ( Pour en finir avec les casse-cul ), un portrait de Diane Dufresne ( Cendrillon kamikaze ) et un roman ( L’homme en morceaux ).

J’aime aussi le cinéma, la lecture, la photographie, Paris, le vin rouge, la crème glacée, les jujubes. J’aime tondre le gazon, laver la vaisselle, regarder par la fenêtre. || Courriel : [email protected]

Gregory Charles et Claude Dubois

L’un a le talent et le gérant (Gilbert Rozon) pour réussir une carrière internationale; l’autre a moins d’ambition, mais plus de voix. Juste avant Paris, Gregory Charles chante à Saint-Sauveur; Claude Dubois, à Sainte-Anne-de-Beaupré.

Doigts, chaleurs, pieds

Conseil de Cecil B. DeMille, producteur et réalisateur, pour réussir un film de qualité: «Vous commencez par un tremblement de terre, et ensuite l’action doit aller crescendo.» Lequel des trois films québécois, qui sortent sur les écrans à une semaine d’intervalle, appliquera le mieux la recette? Un scénariste et deux actrices font leurs premières armes dans la réalisation cinématographique.

L’oeil du maître

Inventeur du photojournalisme, fondateur de l’agence Magnum, Henri Cartier-Bresson tint sa première exposition sur Madison Avenue, à New York, en 1933. Son credo: «Savoir regarder, cela s’apprend… mais quel dur plaisir.» Son outil: le boîtier Leica. «Le prolongement de mon œil», disait-il.

Le grand méchant doux

Il a une tête de voisin d’en face, des yeux écarquillés sur le monde, un baccalauréat en actuariat. Il pratique un humour dont on ne parle pas à table: trash, brutal. Ce n’est pas un parangon de raffinement, mais l’humour sert aussi à transgresser les tabous. Jean-François Mercier (coauteur des Bougon, comédien dans Virginie) se la joue «baveux», mais peut trembler comme une lyre. La tourterelle déguisée en ours n’en finit plus de sillonner le Québec avec Le show du gros cave, mais prend le temps de répondre à nos questions profondes!

Légumes frais

Navet Confit sera en spectacle au Cabaret Juste pour rire, le vendredi 7 août à 22 h. Notre chroniqueur André Ducharme a rencontré celui qu’il qualifie de « l’un des auteurs-compositeurs-interprètes les plus inventifs de la nouvelle génération ».

Martine à la plage

On la croyait rangée des voitures; la chanteuse reprend le volant et effectue une tournée dans l’Est du Québec. Pour sa part, l’Orchestre symphonique de Longueuil rend hommage à Luc Plamondon.

Morceau de roi

Vie et mort du roi boiteux, fresque délirante de Jean-Pierre Ronfard, revue 25 ans plus tard par Frédéric Dubois. Aussi: un monologue de Michel Tremblay et une comédie écologique de Jean-François Nadeau.

L’été Durand

Catherine Durand sera en spectacle au Monde Francofou le Lait le mardi 4 août à 19 h et à 22 h avec Marie-Annick Lépine. Selon notre chroniqueur André Ducharme, quand Catherine livre ses chansons folk sur les désordres amoureux, on a envie de la consoler.

Une première pour Daniel Lemire

Pierre Lebeau met en scène la première pièce de l’humoriste, Clash, et joue dedans; des Hurons-Wendat puisent dans leur culture et dans les légendes des Premières Nations pour un spectacle sous les étoiles; et au Bic, une comédie autour de deux hommes qui se meurent du cancer…