Le rejet du projet GNL Québec est un pas dans la bonne direction, mais si nous voulons atteindre la carboneutralité d’ici 2050, le gouvernement devra aller beaucoup plus loin, explique notre collaborateur Jérôme Dupras.