Josh Freed

Josh Freed est écrivain, journaliste et cinéaste. Il vit à Montréal. En tant qu’auteur et journaliste, Freed a remporté le titre de Best Canadian Columnist pour sa chronique hebdomadaire dans The Gazette. Plusieurs de ses livres ont connu un succès populaire, dont The Anglo Guide to Survival in Quebec, Vive Le Quebec Freed, Press 1 and Pray et Moonwebs. Son livre Fear of Frying lui a valu le prix Stephen Leacock. En 2006, la pièce de théâtre Four Anglos of the Apocalypse, qu’il a co-écrite et dans laquelle il tenait la vedette, a tenu l’affiche plus de 40 jours à guichets fermés au théâtre Centaur, à Montréal. Il a aussi écrit The 25th Century Belongs to Canada, également présenté au Centaur. Freed compte à son actif les films In Search of Sleep – An Insomniac’s Journey, Coat of Many Colours, To Kill or To Cure, Polar Bear Safari, et Juggling Dreams in Mongolia. Il a aussi dévoilé l’organisation bordélique de sa vie dans My Messy Life, accueilli avec enthousiasme lors de sa diffusion à CTV. Freed est également le réalisateur de China’s Sexual Revolution, un documentaire d’une heure qui explore les bouleversements actuels de la société chinoise en matière de sexualité et de politiques sexuelles. Vous pourrez voir son documentaire La Dictature Des Experts cet automne à Radio-Canada. Le travail de cinéaste de Josh Freed a été mis en nomination pour trois prix Gemini et un prix Genie. Il a remporté le Prix mondial du cinéma d’enquête (World Medal for Investigative Filmmaking) du Festival international de télévision de New York et deux prix Chris au titre de Meilleur documentaire d’affaires publiques nord-américain. Ses documentaires ont été diffusés dans plus de 50 pays, dont le Canada (CTV et CBC), les États-Unis (PBS, A&E et The Disney Channel) et la Grande-Bretagne (Channel 4).

Seuls… ensemble

Que ce soit dans le taxi, dans la rue ou dans les magasins, nous n’avons jamais été aussi fermés aux discussions autres que celles avec nos précieux téléphones intelligents. Pourquoi ne pas essayer de changer ça un peu ? suggère le chroniqueur Josh Freed.

L’anglo dans une boîte

Il y a en ce moment une exposition controversée dans un musée de Berlin. Elle présente une personne assise dans une boîte de verre. L’exposition, qui s’appelle Le Juif dans une boîte, est organisée par le Musée juif de Berlin pour examiner les stéréotypes. Les visiteurs peuvent y étudier…

Montréal nous écrit

Bonjour à tous ! Cela fait des siècles que je n’ai pas pris la plume, mais je vous connais depuis toujours, car vous m’habitez. Je suis votre ville, Montréal, qui vous écrit pour la première fois depuis des lustres ! D’habitude, je n’éprouve pas le besoin de m’adresser à vous : vous arrosez mes rues, vous alimentez (trop)…

Mon plan pour sauver le français à Montréal

J’ai un plan secret pour qu’on s’assure que Montréal demeure francophone (en fait, j’en ai plusieurs). Certains militants du PQ pensent que le seul moyen de préserver un Montréal français est de passer une Super-Loi 101 qui limite l’accès aux cégeps et même aux garderies anglophones (il faut bien veiller à ce que les enfants de…

Lettre d’un anglo à Pauline Marois

Chère Madame Marois, Je m’appelle Josh, et j’ai l’impression de vous avoir rencontrée pour la première fois le soir de votre élection. C’était pendant votre discours de la victoire, brutalement interrompu par l’attentat insensé d’un tireur qui a ouvert le feu sur d’innocentes victimes. La cruelle ironie de cette situation, c’est que vous étiez justement…

Anglos et francos: une grève, deux solitudes

Au Québec, l’année scolaire a été allongée jusqu’en septembre, mais un groupe sera en grande partie absent des classes additionnelles : les étudiants qui fréquentent les écoles anglaises. C’est parce qu’ils ont été plus attachés à leurs classes qu’à la CLASSE ! Un article publié la semaine dernière dans La Presse au sujet des établissements…

Au secours ! Les policiers de la langue débarquent !

Dans les médias anglophones, beaucoup de personnes semblent inquiètes parce que 69 inspecteurs ont été ajoutés aux 246 déjà à l’emploi de l’Office québécois de la langue française. Ils représentent maintenant une force de plus de 300 personnes, qui coûte plus de 5 millions de dollars. Pour beaucoup de francophones, le travail de ces gens sert…