Le «risque calculé» de Catherine Fournier

Esprit politique reçoit Catherine Fournier, la députée désormais indépendante de Marie-Victorin qui vient de larguer une bombe sur la scène politique québécoise en annonçant son départ du Parti Québécois. Et comme l’actualité est particulièrement chargée ces derniers temps, notre équipe reçoit aussi Pablo Rodriguez, ministre et député fédéral pour le Parti Libéral, qui analyse l’affaire SNC-Lavalin de l’intérieur. 

Photo : Antoine Bordeleau

Réalisation et musique : Antoine Bordeleau
Production : Mathieu Carbasse

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

6 commentaires
Répondre au commentaire de beauly02

Je peux comprendre son besoin de changement, mais je ne peux m’empêcher de penser que c’est tellement une réaction d’un jeune dans la 20 qui veut tout tout de suite, quitte à tout détruire pour reconstruire… (soupir) Je suis incapable de comprendre son attitude autrement que ça…

Répondre

Surtout que dans les années 60 – 90, c’étaient les « jeunes » qui poussaient pour l’indépendance et ces jeunes sont surtout des aînés maintenant alors que les « jeunes » semblent s’être désintéressés de l’idée d’indépendance et sont plus préoccupés par la mondialisation et l’environnement. Incarne-t-elle une sorte d’aberration ou se veut-elle une prophétesse de l’indépendance qui pourrait rallier les jeunes et les autres autour ce cette idée, là où les Lévesque, Bouchard, Parizeau et autres ont échoué?

Et les députés transfuges, les Aussant, JF Fortin et autres, étaient-ils trop jeunes aussi ? On a pas assisté aux mêmes réactions. Votre explication est complètement ridicule.

Pensez-vous que Catherine Fournier fait exprès pour dire Québec Solitaire? Il me semble que ce n’est pas si difficile à prononcer.

De plus, ses intentions semblent de plus en plus clair, de vouloir vampiriser les deux partis actuellement présents pour en faire un nouveau. Elle prétend qu’il serait irresponsable de créer un nouveau parti à ce moment-ci. Mais est-ce que ce ne sera pas encore plus irresponsable dans 3 ans?

À la fin, il me semble que son idée est de remplacer en PQ. Elle a bien choisi son moment pour lui donner le premier coup en tout cas

Répondre

Elle quitte le PQ parce que pense- t’elle ; il ne représente plus le véhicule pour promouvoir la souveraineté ! Ça me fait tellement penser à Jean Martin Aussant lorsqu’ il a quitté le PQ qui a essentiellement dit la même chose avant de se casser la gueule avec « option national » et qui est revenu au bercail lors des dernières élections pour manger une volée !! Elle fait partie de la même famille que lui et Martine Ouellet des délinquants qui pensent changer le monde !! En passant pour bâtir la souveraineté ça prend un véhicule et ça prend des électeurs qui ont la foi et ça prend bien plus que ça !! Ça prend un leader et des compétences !!! Bonne chance Mme Fournier !

Répondre

Elle s’est tout simplement rendu compte que le Parti québécois, dont l’article PREMIER du programme est de séparer le Québec d’avec le reste du Canada, fait tout le contraire.

Lors des campagnes électorales, le PQ promet de NE PAS tenir de référendum et de défendre les intérêts du Québec DANS le Canada. Au final, elle rejoint la pensée de 85% des Québécois qui n’appuient PAS le PQ.

Je salue bien bas son honnêteté et sa sincérité. RESPECT!!!