Politique: notre mise à jour de juin !

À moins de 100 jours des élections du 1er octobre, Alec Castonguay et Philippe J. Fournier répondent aux questions de Catherine Dubé. Au menu de cette mise à jour politique : un gouvernement caquiste majoritaire, le renouvellement des candidats libéraux et la chute du Parti Québécois. Réalisation : Antoine Bordeleau. 

Photo : Pixabay
Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

9 commentaires
Laisser un commentaire

L’actualité se fie aux sondages or, les sondages sont bidons donc cet article est aussi bidon et ne fait que servir la propagande.

Répondre

je suis d’accord avec vous, svp trouvé une firme qui est neutre et non pipé d’avance.

@ fernand & michel begin; Qc125 à quand même prédit de façon spectaculaire la victoire dans 111 comtés sur 124 et 11 comtés étaient dans la marge d’ erreur et finalement il échoué dans 2 comtés ! C ‘est quand même excellent comme méthode ! Si ce balado est bidon ; à peu près n’ importe quoi est bidon pour vous quand les résultats ne font pas votre affaire !

Ça prendrait vraiment un revirement majeur pour changer la tendance favorisant la Coalition Avenir Québec (CAQ), car les francophones sont déterminé.e.s à chasser les libéraux du pouvoir et la résilience des appuis du PLQ (les votes anglophone, allophone et collabo « French Canadian » – entre 20-25% des francophones) le maintenant près des 30% n’est pas de nature à inciter les gens désirant le changement à risquer de diviser le vote anti-libéral.

Les deux invités sont très crédibles pour analyser les différents sondages, car leurs hypothèses et cadres de référence sont à la fois réalistes et basés sur des phénomènes réels.

Le Parti québécois (PQ) s’en va définitivement vers une catastrophe historique. En plus de se couper de son électorat indépendantiste, le PQ est tombé dans le piège tendu par Québec solidaire (QS) avec la convergence avortée de la gauche indépendantiste et s’est aliéné le respect de l’électorat le considérant comme une alternative sérieuse au gouvernement.

S’il faut que la CAQ l’emporte, le 1er octobre prochain, j’espère qu’elle ne sera que minoritaire, avec la balance du pouvoir au PQ ou à QS. Ce sera l’hypothèse la moins dommageable pour le Québec, car l’identité québécoise sera mieux défendue tout en ayant une protection contre les velléités de privatisation tout azimut de la CAQ. Je crains cependant que la CAQ ne se discrédite autant que le PLQ pour ce qui est du copinage avec le privé.

Répondre

Un article de même pas 4 lignes… ça vaut le détour?… En tout cas, ça ne mérite pas de commentaire.

Répondre

Il ne s’agit pas d’un article traditionnel mais d’un balado que vous pouvez écouter directement sur cette page grâce au lecteur embarqué, ou sur iTunes ou Google Play. Bonne écoute!

Peut-être suis-je un éternel rêveur, mais en considérant que les francophones veulent se débarrasser des libéraux, enfin, et que tous ou presque votent CAQ, il est presque certain que les libéraux vont devenir l’opposition officielle quand même. Mais c’est peut-être tant mieux ainsi. Il faudra alors à la CAQ être très vigilante et marcher sur des œufs pour être à la hauteur, car, quatre ans est peut-être une éternité en politique, mais c’est court dans la vie d’un peuple, et comme les libéraux ne seront pas oubliés si vite que ça, le PQ pourrait facilement revenir en force si la CAQ déçoit un tant soit peu. Je vois alors très bien la ¨refondation¨ du parti avec un Mathieu Bock Côté à sa tête.

Répondre

Mathieu Bock-Côté ne fera jamais de politique, il l’a déjà dit. S’il y a refondation du PQ, ce sera Aussant qui sera à la tête.
On pourra dire que les sondages et les médias auront fait élire la CAQ. En effet, dès que ce parti a grimpé dans les sondages après avoir emporté le château fort libéral dans Louis-Hébert, les médias l’ont vu gagnant aux élections générales et ne cessent de le faire mousser. Depuis un an, ils font passer la CAQ avant l’opposition officielle lorsqu’ils rapportent leurs opinions et aux nouvelles et parfois on ne mentionne même pas le PQ, comme s’il n’existait plus. Le peu de fois où on parle du PQ, c’est pour rappeler qu’il est en chute libre ou troisième dans les sondages. C’est ce que les électeurs reçoivent comme infos depuis si longtemps que pour eux, la course se fait entre le PLQ et la CAQ. Pourtant, c’est le PQ qui a la meilleure équipe, l’expérience et le meilleur programme. Mais les gens ne s’occupent de rien de tout ça, ils vont voter pour la CAQ les yeux fermés. Franchement, je préfère un PLQ minoritaire que la CAQ majoritaire.

M. Drouin;
Vous avez sans doute grandement raison, M.B.Côté n’est sans doute pas intéressé à diriger un parti quelconque, mais je le vois très bien comme conseiller spécial au chef du parti. Sa connaissance et sa philosophie seraient un atout des plus importants dans la débandade actuelle des folies extrême-gauchistes et droitistes . Le PQ a sans doute une meilleure équipe que la CAQ, mais je diverge de votre opinion en pensant qu’il serait mieux d’avoir une CAQ majoritaire qui se casserait les dents dans un premier mandat qu’avoir encore un PLQ, même minoritaire au pouvoir. Plus capable de souffrir la présence d’un Couillard froid comme glace face à la nation québécoise FRANÇAISE, favorisant toutes les autres minorités qui votent et voteront toujours » libéral » jusqu’au jour où ces minorités comprendront que la meilleure place pour eux ici au Québec, c’est avec nous et non contre nous. Quant aux Barrette et autres ministres du même acabit, c’est la même chose, il est temps qu’ils fassent du vent.