Robert Nelson : « On a la vision courte en démocratie »

Pour ce cinquième épisode d’Esprit de campagne, Salomé Corbo, Alec Castonguay, Philippe J. Fournier et Léa Stréliski reçoivent Robert Nelson, membre du groupe Alaclair Ensemble. L’occasion de jaser du Bas-Canada, du vote vert et de la politique au temps des réseaux sociaux. 

Notre invité

Robert Nelson (de son vrai nom Ogden Ridjanovic) est membre du groupe de hip-hop Alaclair Ensemble et créateur du spectacle d’improvisation Punch Club. Il est également le président auto-proclamé de la république du Bas-Canada.

Réalisation et musique : Antoine Bordeleau
Direction éditoriale : Mathieu Carbasse

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

1 commentaire
Laisser un commentaire

De fait, il y aura eu éminent manque de compassion — (notamment de la part du « p’tit robot ») — eu égard aux dossiers d’immigration trop sommairement ou cavalièrement «flushés», ainsi non moins notamment qu’à l’égard d’enseignant.e.s ayant un signe religieux, qui ne pourront ni se prévaloir d’une mutation ou d’un déménagement ni accepter une promotion pour pouvoir (continuer de) bénéficier de la clause grand-père. Oui, c’est «cheap». Et pas à peu près.

De fait, également, CAQ et PQ assimilent intempestivement la souhaitable intégration à l’insouhaitable… assimilation. Enfin, vrai aussi qu’impression et ton donnés en haut lieu n’y sont pas pour peu en la recrudescence d’haine observée envers l’«Autre».

Incidemment, cette semaine-ci, pour une fois…, le nouveau PM se sera enfin ‘réveillé’ ou aura été enfin réveillé par rapport à quelque chose ayant trait à «l’Autre» – autochtone. Cette fois-ci, il a été parfait. Extrêmement différemment d’à propos de la célébrissime « affaire Michaud », au sujet de laquelle il reste… (je ne le dirai pas).

Incidemment (bis), on ne peut davantage douter de l’authenticité de la déclaration solennelle de contrition du PM cette semaine, que de celle de la déclamation de Greta Thunberg, semaine dernière, comme le note l’une des vôtres ici. Dans les deux cas, le «genuine» s’avère incontestable. On peut n’être pas d’accord avec l’«entreprise» thunbergienne, avec ses modalités ou son mode d’exposition, mais sûrement pas nier son intégrité-crédibilité.

Répondre