Vincent Marissal : « Je n’aime pas porter la cravate »

Esprit politique reçoit cette semaine le député de Québec solidaire dans Rosemont, Vincent Marissal. On jase de signes religieux et de SNC-Lavalin, de la course à la chefferie au PLQ, de mode à l’Assemblée nationale, de la belle-mère du NPD… et de la rentrée chaotique de la CAQ et de son ministre de l’agriculture.

Photo : Antoine Bordeleau

Réalisation et musique : Antoine Bordeleau
Production : Mathieu Carbasse

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

19 commentaires
Laisser un commentaire

Pourquoi perdre son temps avec un parti qui fonctionne comme une secte à l’abris des regards. Est-ce une nouvelle façon de faire de la politique au Québec en s’isolant à l’abris des regards pour intimider ceux qui ne pensent pas comme le groupe maintenant dominant de ce parti. On le saura bien assez vite au prochaine élection si cette façon de faire lève à l’extérieur de Montréal.

Répondre

Euh! Faudrait élaborer davantage et préciser votre ironie !!!! En passant soyez patient les prochaines élections seront dans plus de 3 1/2 ans.

C’est sûr que des bottes doc Martens, pas bon marché, qu’on ne voit pas quand les députés sont assis est tellement « incorrect ». La preuve, le président de l’Assemblée nationale, un caquiste, n’a rien trouvé à redire.
A moins que vous faites allusion au chandail qu’elle a porté le lendemain d la montée de lait de Barette (un modèle de respectabilité en chambre avec son attitude d’intimidateur à cravate) sur ces bottes ? Un chandail portant le nom d’un grand poète franco-ontarien, en signe d’appui au combat actuel des franco-ontariens contre les attaques de Ford, alors qu’elle faisait un vibrant plaidoyer pour la culture?

Vous n’avez peut-être pas suivi les actualités, mais la « prochaine » élection a eu lieu le 1er octobre de l’an dernier. Québec solidaire a vu sa députation plus que tripler, avec 40% de celle-ci hors de Montréal et, bizarrerie de notre système électoral, plus de 60% de son électorat. Avec des députés à Québec, en Estrie et en Abitibi.
C’est le parti d’opposition le moins « régional »: Le PLQ n’a que deux députés hors de la région de Montréal (7% de sa députation) et le PQ est confiné dans l’extrême-est du Québec, à deux députés près (20% de sa députation).

Et Québec solidiaire est le seul et unique parti à connaître, systématiquement, à chaque élection, une croissance de ses appuis populaires et de sa députation.
Et Québec solidaire

@ Pierre Lagacé, les hommes pourraient portés des bottines à cap d’acier ! Ça ne se voit pas lorsque les députés sont assis !!! Mais lorsque les députés se promènent dans les couloirs ………..

@beauly02

Les règles de décorum ne s,appliquent pas aux corridors, mais en chambre seulement.
C’est curieux cette idée de vouloir être plus monarchiste que la reine.

En plein dans le mille!!

Répondre

M. Lagassé, on dirait qu’il descend tout droit de l’homme de Cro Magnon. Vraiment, si on tolérait une telle tenue à l’intérieur du Parlement et, par surcroit, par des élus payés à gros salaires (près de 100,000) avec compte de dépense, ce serait une vraie tour de Babylone. Où est le jugement de ces gens qui font un trip désolant avec ce parti si peu démocrate qui fait des réunions sans journaliste?. SVP, revenez sur terre et soyez plus démocrates et surtout plus laïques et enfin plus féministes (portez-en messieurs des voiles 7 jrs sur 7.)

Vicent Marissal avait écrit il y a quelques années de ça, que François Legault n’était quand même pas une bête politique. Aujourd’hui, Marissal est député d’arrière banc dans un ridicule parti d’extrême gauche et Legault est Premier Ministre du Québec. C’est bien pour dire …

Répondre

Hi! Hi! Vincent Marissal ce vire-capot , cet opportunisme ! Présentement il est entrain d’ apprendre le programme de QS et surtout essayer de trouver des réparties aux médias qui poseront des questions trop encombrantes !

On dit que l’habit ne fait pas le moine, dans certains cas, il aide beaucoup, je pense que lorsqu’on est député, on se droit de s’habiller correctement pour siéger à l’assemblée nationale, cette façon de tout envoyer promener ne me plait pas, d’abord cela dénote un laisser-aller, ne suivez pas l’exemple de votre collège Dorion, elle ne demande que de l’attention.
Voilà mon opinion.

Répondre

C’est sûr que des bottes doc Marteens, pas bon marché, qu’on ne voit pas quand les députés sont à leur place, sont « incorrects ».
A moins que vous faites allusion au chandail qu’elle a portée le lendemain de la montée de lait de Barette (un modèle de « correction » grâce à sa cravate qui lui permet d,être impunément un intimidateur méprisant en chambre) ? Un chandail affichant le nom d’un grand poète franco-ontarien, porté en signe d’appui au combat des franco-ontariens contre les attaques de Doug Ford, et au moment où elle faisait un vibrant discours en faveur de la culture ?

https://fr-ca.facebook.com/catherinedorionqs/videos/780222428976798/

(Curieusement, les médias ont montré le vidéo de ce discours…sans le son. Du coup on voyait le chandail, mais sans connaître l’explication qu’elle donnait. Explication que tous les médias ont « oublié » de rapporter).

Bien que je ne partage pas l’idéologie totalitaire étriquée de QS, il est nécessaire pour une démocratie d’entendre des points de vue différents et d’enrichir les échanges … Quant aux critiques partisanes biaisées en semblant d’analyses hyperboliques, M.Marissal peut se garder une petite gène.
Pourquoi une déclaration unique impliquerait elle nécessairement que l’un ou l’autre des gouvernements doivent »céder » ses prérogatives? Cette complexité bilatérale pourrait être traitée par la modification de l’un des deux systèmes … Cependant, comme il s’agit davantage de faire des économies d’échelle, cela signifie des réaffectations et de possibles pertes d’emplois de parts et d’autres… Je pense que dans le contexte actuel, c’est davantage cela que M. Trudeau désire éviter alors que M. Legault tente d’optimiser les ressources de l’état. Quant à la loi sur la neutralité de l’état (lire laicité), il y a toujours la clause nonobstant…

Répondre

Vincent Marissal : « Je n’aime pas porter la cravate »
Et moi, je n’aime pas payer d’impôts qui paient le salaire de députés qui n’aiment pas porter la cravate… !
Qu’est-ce qu’on fait ???

Répondre

Si vous avez accepté que vos impôts servent à payer des gouvernements corrompus, qui coupent dans nos services, pigent dans nos poches et donnent des milliards aux « tinamis », je trouve assez particulier qu’on s’indigne quand un député dit son malaise de devoir se déguiser en bandit à cravate.

C’est aussi étrange que sur une heure d’entrevue, tout ce qui retienne l’attention, c’est le titre. Lequel porte lui-même sur le sujet le plus futile de l’entrevue.
Faut croire qu’au Québec on est privilégié, un vrai paradis sur Terre, si les sujets les plus brûlants portent sur des tenues vestimentaires, tandis que le reste du monde se débat avec des problèmes graves en santé, éducation, écarts de richesse, appauvrissement des classes moyennes, corruption, montée des extrémismes, etc.

@ Pierre Lagassé;
Tout ce qui porte cravate n’est pas bandit monsieur; comme tout ce qui porte soutane n’est pas pédophile. Croyez-vous sérieusement que même si nos élus étaient tous vêtus comme des ados, l’honnêteté serait garantie ?
Ce que je voulais surtout dire, c’est ceci : Si monsieur Marissal n’aime pas porter la cravate, moi, je n’aime pas payer d’impôts…, mais j’y suis obligé, comme tout le monde. Alors, que M. Marissal prenne sa pilule comme tous les autres. C’est tout ce que je voulais dire.

Mme Bazzo, on reconnaît bien vos relations de la défunte émission Bazzo. TV. Très difficile, on le constate, de ne pas glisser dans la facilité et l’insignifiance en invitant un personnage si controversé, le valet de la famille Desmarais déguisé en bobo-solidaire, que ce M. Marissal. Vous aussi la fièvre du Plateau « solitaire » avec la grosse Manon vous a inoculée. Et puis, il y aurait-il chez vous un début de décadence, de grosses misère à vous renouveler????

Répondre