Chronique de Jean-Benoît Nadeau

Les cadeaux du français à l’anglais

Selon un article récent publié par une équipe de chercheurs russes, les mots français représentent encore 71,83 % des emprunts dans l’anglais courant britannique — et 35,65 % dans l’anglais américain.

Le français, une histoire vraie

Si vous cherchez un antidote aux élucubrations de Denise Bombardier sur la langue, Jean-Benoit Nadeau vous conseille un petit livre lumineux, La Langue racontée, de la linguiste Anne-Marie Beaudoin-Bégin.

Simple comme bonjour !

Les Québécois n’ont pas besoin d’attendre que Simon Jolin-Barette légifère à propos du bonjour-hi. La langue comporte déjà tous les outils nécessaires pour nous permettre d’établir notre propre espace linguistique, avance Jean-Benoît Nadeau.

Écovocabulaire pour la planète

Les mots à consonance environnementale ne s’arrêtent pas à « éco ». Même la mode est devenue « responsable », et le tourisme « durable », au même titre que la construction ou la navigation. Retour sur le nouveau vocabulaire écologique.

Buffet de langues à volonté

LangFest, qui se déroule la fin de semaine prochaine à l’Université de Montréal, participe à un récit collectif qui commence à émerger, mais qui a été trop longtemps occulté. Pour toutes sortes de raisons, les Québécois sont porteurs d’un bilinguisme non assumé qu’ils ont choisi de ne pas vanter.

L’anglais de France

Les emprunts à l’anglais ont tellement nourri la langue des Français qu’on ne pourrait l’en purger sans l’endommager. Et qu’on le veuille ou non, cela fait partie de la culture des Français!

Jugeons l’orthographe

Combien de générations encore les francophones resteront-ils attachés à une langue qui refuse son époque ? Éléments de réponse avec la professeure de linguistique à l’université Sorbonne Nouvelle Maria Candea.

Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie