Chronique de Jean-Benoît Nadeau

Simple comme bonjour !

Les Québécois n’ont pas besoin d’attendre que Simon Jolin-Barette légifère à propos du bonjour-hi. La langue comporte déjà tous les outils nécessaires pour nous permettre d’établir notre propre espace linguistique, avance Jean-Benoît Nadeau.

Écovocabulaire pour la planète

Les mots à consonance environnementale ne s’arrêtent pas à « éco ». Même la mode est devenue « responsable », et le tourisme « durable », au même titre que la construction ou la navigation. Retour sur le nouveau vocabulaire écologique.

Buffet de langues à volonté

LangFest, qui se déroule la fin de semaine prochaine à l’Université de Montréal, participe à un récit collectif qui commence à émerger, mais qui a été trop longtemps occulté. Pour toutes sortes de raisons, les Québécois sont porteurs d’un bilinguisme non assumé qu’ils ont choisi de ne pas vanter.

L’anglais de France

Les emprunts à l’anglais ont tellement nourri la langue des Français qu’on ne pourrait l’en purger sans l’endommager. Et qu’on le veuille ou non, cela fait partie de la culture des Français!

Jugeons l’orthographe

Combien de générations encore les francophones resteront-ils attachés à une langue qui refuse son époque ? Éléments de réponse avec la professeure de linguistique à l’université Sorbonne Nouvelle Maria Candea.

Tous les français sont-ils égaux ?

Le rapport dominant/dominé se retrouve à même la langue française, où certains niveaux de langue et certains accents sont considérés plus acceptables que d’autres. Cette opposition existe entre le français de France et le dialecte québécois, mais aussi entre l’accent québécois et les autres accents francophones du continent.

Cette langue qui ne voulait pas changer

Nos débats sur la langue seraient toujours plus sereins si nous faisions tous l’effort de ne parler que de langue, justement, plutôt que d’utiliser la langue pour masquer un discours souvent réactionnaire, revanchard, raciste, sexiste ou de classe.

Les mots nouveaux sont arrivés!

« Fachosphère », « emportiérage » ou « divulgâcher » chez Larousse, « hypersexualisation », « malaisant » ou encore « niaisage » chez Robert : 150 nouveaux mots ont fait leur apparition dans chacun des dictionnaires, fournissant une photographie de l’évolution de la société. Explications avec Jean-Benoît Nadeau.

Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie