Chronique de Jean-Benoît Nadeau

Les cadeaux du français à l’anglais

Selon un article récent publié par une équipe de chercheurs russes, les mots français représentent encore 71,83 % des emprunts dans l’anglais courant britannique — et 35,65 % dans l’anglais américain.

Le français, une histoire vraie

Si vous cherchez un antidote aux élucubrations de Denise Bombardier sur la langue, Jean-Benoit Nadeau vous conseille un petit livre lumineux, La Langue racontée, de la linguiste Anne-Marie Beaudoin-Bégin.

Simple comme bonjour !

Les Québécois n’ont pas besoin d’attendre que Simon Jolin-Barette légifère à propos du bonjour-hi. La langue comporte déjà tous les outils nécessaires pour nous permettre d’établir notre propre espace linguistique, avance Jean-Benoît Nadeau.

Écovocabulaire pour la planète

Les mots à consonance environnementale ne s’arrêtent pas à « éco ». Même la mode est devenue « responsable », et le tourisme « durable », au même titre que la construction ou la navigation. Retour sur le nouveau vocabulaire écologique.

Buffet de langues à volonté

LangFest, qui se déroule la fin de semaine prochaine à l’Université de Montréal, participe à un récit collectif qui commence à émerger, mais qui a été trop longtemps occulté. Pour toutes sortes de raisons, les Québécois sont porteurs d’un bilinguisme non assumé qu’ils ont choisi de ne pas vanter.

L’anglais de France

Les emprunts à l’anglais ont tellement nourri la langue des Français qu’on ne pourrait l’en purger sans l’endommager. Et qu’on le veuille ou non, cela fait partie de la culture des Français!