Sur la ligne rouge

Je m’appelle Marie-Sophie. Certains m’appellent Sophie, d’autres Marie, et mon identité professionnelle est en ce moment aussi multiple que l’est mon prénom. Ancienne infirmière devenue journaliste, j’ai repris du service pour contribuer à freiner l’épidémie.