10 expositions à voir au Québec cet automne

Histoire, biologie, mythologie, photographie… Il y en aura pour tous les goûts parmi les expositions présentées dans les musées du Québec au cours des prochains mois. Aperçu.

Photo : René Bouchard

Cet automne, les murs des musées se parent de savoirs autochtones, d’images d’exil, de sculptures animalières, et révèlent même des secrets sur nos matières fécales et sur notre consommation d’alcool. Comme le nombre de visiteurs est encore restreint par les mesures sanitaires, il vaut mieux réserver tôt.

Musée McCord

Dès le 25 septembre

Voix autochtones d’aujourd’hui : Savoir, trauma, résilience

Musée McCord, Montréal

Les nombreuses sépultures non marquées découvertes à proximité des anciens pensionnats pour Autochtones un peu partout au pays ont causé une onde de choc au cours des derniers mois. Afin d’amorcer un dialogue qui a trop tardé, le Musée McCord propose une nouvelle exposition permanente qui présente des témoignages poignants de membres des 11 nations autochtones du Québec, accompagnés d’objets d’art et d’outils qui mettent en lumière les différentes cultures.

François Ozan, Agence Icône

Jusqu’au 26 mars 2023

Ô merde !

Musée de la civilisation, Québec

Mettre son nez dans ses excréments peut sembler un peu contre-intuitif. Or, c’est ce que propose une audacieuse exposition présentée au Musée de la civilisation. Au-delà des tabous, du dégoût et des mauvaises blagues, nos selles révèlent des secrets sur notre santé, notre régime alimentaire, notre rapport au corps et à l’environnement, ainsi que notre statut social. Au fil des cinq zones qui forment le parcours, on en apprend sur la gestion des matières fécales, les enjeux d’insalubrité et l’espoir qui repose dans la revalorisation de cette ressource inépuisable.

Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation

Jusqu’au 3 janvier 2022

Maudite boisson

Musée québécois de l’agriculture et de l’alimentation, La Pocatière

Lorsqu’il est question de bons vins, la ligne entre plaisir et excès peut parfois s’avérer très mince. Et ça ne date pas d’hier. L’exposition Maudite boisson retrace la riche histoire de la consommation d’alcool au Québec, depuis la colonisation jusqu’à aujourd’hui. On y découvre son lien intime avec la religion catholique, en plus d’en apprendre davantage sur les mouvements de prohibition et sur les méthodes de production artisanale utilisées dans les foyers. Santé !

René Bouchard

Jusqu’au 21 novembre 2021

Inventer la liberté

Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul

Kittie Bruneau, Lise Gervais, Marcelle Ferron, Marcella Maltais, Rita Letendre et Françoise Sullivan. Six femmes, six artistes, six visionnaires. À travers les œuvres de ces pionnières, le Musée d’art contemporain de Baie-Saint-Paul raconte un épisode foisonnant de l’histoire de l’art au Québec, marqué par une explosion de formes, d’idées et de collaborations. À voir pour bercer notre imaginaire et pour nous souvenir de celles qui ont ouvert la voie.

Jusqu’au 1er mai 2022

Si la faune m’était sculptée : L’art animalier québécois

Musée POP, Trois-Rivières

Le Musée POP puise dans le monde animal pour mettre en valeur le talent des artistes populaires de la province. Si la faune m’était sculptée réunit les œuvres d’une soixantaine de créateurs de différentes époques et en provenance des quatre coins du Québec. Des bêtes sauvages, domestiquées et exotiques s’y côtoient sous des formes tantôt réalistes, tantôt ludiques. Une célébration de la beauté et de la richesse de la nature.

Jean-François Thuot

Jusqu’au 31 octobre 2021

Les cueilleurs

Maison Paul-Émile Borduas, Musée des beaux-arts de Mont-Saint-Hilaire

Chaque année, quelque 15 000 Sud-Américains traversent la frontière québécoise pour cultiver nos champs et remplir nos assiettes. Sans eux, les entreprises agricoles ne pourraient tout simplement plus exister. Pendant des mois, ils triment sans relâche, loin des leurs, de leur maison, de leur culture, contraints de trouver dans l’exil une nouvelle identité. Pour déjouer l’anonymat, le photographe Jean-François Thuot a saisi, dans un verger de Frelighsburg, la mélancolie, la vaillance et la résignation qui habitent les regards de ces travailleurs dévoués.

Musée du Fjord

Jusqu’au 18 mai 2022

Bruns, blancs, noirs : Les ours du Canada

Musée du Fjord, Saguenay

En peluche, ils se glissent sous les draps, accompagnant les pleurs des tout-petits. Dans les bois, ils sont craints, chassés, fuis. Dans la mythologie inuite, leur esprit permet au chaman de voyager entre le monde des vivants et celui des morts. De tout temps, les ours ont nourri tant notre panse que notre imaginaire. Au Musée du Fjord, on en apprend davantage sur le mode de vie de ces imposants animaux, sur leurs relations avec les humains et sur les légendes qui leur font honneur.

François Pilon

Exposition permanente

Wôbanaki : Peuple du soleil levant

Musée des Abénakis, Odanak

Au début des temps, il n’y avait ni bruit ni lumière. Un jour, le Créateur ordonna à Tolba, la Grande Tortue, de sortir de l’eau pour former la terre. Sur son dos, il creusa les montagnes et les vallées, déploya des nuages et fit naître la vie. C’est sur cette légende abénakise que s’ouvre cette exposition éclairante présentée dans la communauté d’Odanak, à proximité de Sorel. Au rythme des saisons et des lunaisons, on découvre l’histoire, les savoirs et le riche univers spirituel de ce peuple millénaire.

Shilpa Gupta (née en 1976), Car, dans ta langue, je n’ai pas ma place : 100 poètes emprisonnés, 2017-2018. MBAM, achat, fonds Fête-champêtre W. Bruce C. Bailey. Photo Pat Verbruggen

Du 11 septembre 2021 au 13 février 2022

« Combien de temps faut-il pour qu’une voix atteigne l’autre ? »

Musée des beaux-arts de Montréal

Le confinement et l’isolement dans lesquels nous a plongés la pandémie de COVID-19 ont mis à l’épreuve notre capacité de créer — et de conserver — des liens forts. En interrogeant la portée métaphorique de la voix, le MBAM illustre le gouffre qui existe entre les pensées dominantes et celles qui sont trop souvent condamnées au silence. Le parcours, composé d’œuvres majeures de la collection du Musée, amorce une réflexion sur l’amour, la perte, l’écoute de soi et l’ouverture à l’autre.

Romana Schmalisch et Robert Schlicht, Top/Down, 2017, vidéo, avec la permission de l’artiste

Du 2 octobre 2021 au 9 janvier 2022

Souriez ! Les émotions au travail

Musée d’art de Joliette

Télétravail, explosion des technologies numériques, espaces partagés… Les transformations qui bouleversent actuellement le monde du travail ont des répercussions majeures sur les corps, la sensibilité et les comportements des travailleurs, en plus d’influencer leur « valeur sur le marché ». Avec des photographies et des essais vidéo, l’exposition collective Souriez ! Les émotions au travail rassemble des artistes contemporains d’ici et d’ailleurs pour réfléchir et résister à ces enjeux et aux injustices qui les sous-tendent.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Vous auriez pu avoir comme suggestion »L’éloge du fil » d’abord présenté à La Sarre, Abitibi-Ouest, en collaboration avec l’Espace Pierre Debain, de Gatineau, qui la présentera du 11 septembre au 17 octobre. Cette année le Centre Matéria de Québec était de la partie et l’exposition sera chez eux du 4 au 28 novembre. Des artistes de ces trois régions y participent.

Répondre