10 livres à mettre sous le sapin

Quels livres offrir à ses proches pour les Fêtes ? Voici les suggestions littéraires de notre chroniqueuse Claudia Larochelle. 

Photo : iStockPhoto

1- Sans faire plus d’histoire : anecdotes méconnues qui ont fait le Québec, Anne De Léan (Les Éditions de l’Homme)

Ceci est le livre de table à café qui ne décevra personne, tant les férus d’histoire que les intellos ou juste les curieux qui aiment connaître des anecdotes à raconter aux amis ou aux collègues autour de la machine à café. Grâce à une vulgarisation limpide, un style captivant et des sujets dont nous sommes plusieurs à ignorer l’existence, ce livre d’histoire illustré raconte comment Claude — le négociateur — Poirier a pu récupérer le cœur volé du frère André, pourquoi la Doualé de Passe-Partout (première génération) a dû changer d’accent, que les États-Unis ont déjà largué une bombe atomique à Kamouraska, qu’un mécanicien irlandais a survécu au naufrage du Titanic et à celui de l’Empress of Ireland, etc. Passionnant ouvrage. 

2- Mary, auteure de Frankenstein, Julia Sarda et Linda Bailey (La Pastèque)

Nous sommes certainement plus nombreux à connaître Frankenstein que sa créatrice, qui n’avait pourtant rien de banal avec son imagination débordante, surtout quand, à 18 ans on l’a mis au défi d’écrire une histoire de fantômes. Mary Shelley se trouve alors dans la même pièce que d’autres « compétiteurs » dont le célèbre Lord Byron qui lance le défi qu’elle relève après une nuit passée à rêver… Plus de 200 ans se sont écoulés et voilà que cet album jeunesse revient sur la création de ce chef-d’œuvre qu’est Frankenstein à travers le talent de deux créatrices qui donnent un second souffle à Shelley. Et ici, l’expression prend tout son sens… Les adultes auront autant sinon plus de plaisir que les jeunes à lire cet album.

3- La Révolution de la longévité – Toutes les raisons de profiter pleinement de l’allongement de la vie, Carl Honoré (Marabout)

Journaliste canadien, porte-parole du Slow movement, Carl Honoré est allé à la rencontre de personnes âgées épanouies de partout à travers le monde. Qu’a-t-il bien pu retirer de toutes ces rencontres et des confidences reçues ? Des secrets de longévité ? Des trucs pour rester pétillant tout le temps ? Si certains appréhendent avec effroi le fait de vieillir, Honoré, lui, a choisi dans cet essai de brosser un portrait optimiste de cette dernière étape en traitant d’avancées technologiques, d’âgisme, de préjugés, de maladies, de santé, de mort, de bienveillance, bref de tout ce qui englobe la longévité propre au 21e siècle. Un cadeau de lecture qui ne convient pas qu’aux papis et mamies…

4- L’Atlas des femmes, Joni Seager (Robert Laffont)

Géographe, experte en géopolitique, professeur d’études mondiales à la Bentley University de Boston et féministe, l’américaine Joni Seager offre dans ce livre fort bien présenté visuellement un portrait très à jour du statut des femmes partout dans le monde. Si elle témoigne de ce qui a été accompli et qui a contribué à changer les mentalités, elle insiste sur le chemin qu’il reste à parcourir, chiffres forts parlant à l’appui. Difficile de ne pas réagir en apprenant par exemple que 40 % des femmes sud-africaines seront violées au cours de leur vie, que, rapporté au nombre d’habitants, c’est en Corée du Sud qu’on recense le plus d’interventions esthétiques ou que ces dix dernières années, les hommes ont augmenté leur participation aux tâches domestiques de… six minutes… Implacable. 

5- Le Gainsbook : en studio avec Serge Gainsbourg, Christophe Geudin et Sébastien Merlet (Seghers)

Les auteurs de cette brique consacrée à Gainsbourg s’étonnaient que sur les 130 ouvrages consacrés au célébrissime artiste français, pas un ne traitait en profondeur de son rapport à la musique. Or, ces passionnés de musique ont mené une enquête autour des créations qui ont fait sa marque, le tout accompagné d’informations inédites et d’images d’archives, de citations aussi, propos glanés ici et là, souvent percutants, oubliés à tort. « J’étais au parfum du rock bien avant tous les petits gamins qui sont venus par la suite. […] J’étais connecté avec le rock quand c’était vivant en Amérique et en Angleterre. », a-t-il dit sur France Culture en 1982. Au-delà même des amoureux de Gainsbourg, ce sont les mélomanes qui trouveront leur compte à travers ce magistral et imposant livre qui célèbre cet art chamboulé à l’ère des grands bouleversements technologiques. 

6- Tueurs de l’occulte, Christian Page (Guy Saint-Jean)

Les éventreurs de Chicago, l’affaire de l’Ordre du Temple solaire, le gang des vampires, les maléfices du heavy métal et plusieurs autres sujets intrigants sont présentés dans ce livre signé Christian Page, fin connaisseur de crimes occultes qui a compilé et raconté en détail 13 histoires de crimes parmi les plus troublants des annales policières. Difficile de ne pas être secoué à la lecture de ces crimes odieux, gratuits et morbides qui ont augmenté depuis la fin des années 60. Si ces pages se lisent comme un roman, malheureusement, les faits relatés se sont bel et bien produits, et tout ce qui est rapporté est fidèle et conforme à la réalité. Cet ouvrage conviendra donc aux lecteurs au cœur bien accroché. 

7-  La grosse laide, Marie-Noëlle Hébert (Quai no 5)

« On me met toujours dans les buts. Sûrement parce que je ne cours pas vite et que j’occupe beaucoup d’espace. » Cette phrase fait partie des autres qui vont droit au cœur publiées dans ce roman graphique entièrement travaillé au crayon de plomb par une créatrice montréalaise qui nous plonge dans le ventre de celle qui n’en peut plus d’être mal dans sa peau, désespérée par ce corps, fruits de nombreuses moqueries aussi cruelles que des coups de poignard. Intense, personnelle et réaliste, cette œuvre, si elle s’avère éblouissante de beauté, invite n’importe quel être doté d’un minimum de sensibilité dans les chaussures de « la grosse laide ». Personne ne veut être elle, et pourtant, on traverse ce livre en un éclair, parce que criant d’humanité, près de toutes les injustices et préjugés dont beaucoup ont été confrontés un jour ou l’autre, comme victime, voire comme bourreau. Un livre pour tous qui rend meilleur. 

8- Paul à la maison, Michel Rabagliati (La Pastèque)

Paul, célèbre personnage de Michel Rabagliati, n’a jamais été aussi seul qu’à travers ces pages qui sont peut-être les plus touchantes de cette illustre série québécoise qui se démarque à l’étranger. Cette fois, Paul est séparé, sa fille unique grandit, le délaisse un peu, sa mère ne rajeunit pas… Il travaille dans son sous-sol, se nourrit mal, néglige l’entretien de son terrain, se néglige un peu lui-même en même temps. Et lui non plus ne rajeunit pas. S’il est question de solitude, du temps qui passe, de nos êtres chers, de mélancolie, celle des hommes notamment, des souvenirs qui froissent un peu le cœur quand on y repense, ses cases universelles sont d’une sincérité désarmante. Cadeau sous le sapin qui ravira tout le monde, même les moins épris de lecture. Ce présent est un coup sûr. 

9- Faire son gros possible, Carolane et Josiane Stratis (Cardinal)

Comment fait-on comme maman digne de son époque pour en faire moins ou… plus ? Comment fait-on pour arriver à tout concilier, incluant le travail, les tâches diverses liées à l’entretien d’une résidence, le couple, les devoirs des petits, la vie sociale, le désir d’avancement au travail, l’amélioration de soi, parce qu’il faut toujours penser à devenir une meilleure personne, n’est-ce pas ? Et si, comme parents (j’imagine que c’est bon pour tout le monde…), on lâchait prise un instant ? Les trentenaires jumelles Stratis, qui s’intéressent particulièrement à la condition féminine et à la parentalité, se sont inspirées des histoires d’autres mères pour concocter cet ouvrage souvent drôle, profond, actuel et rassembleur autour de thèmes qui vont droit au but, sans tabou, sans langue de bois. Salvateur.

10- La mesure de mes forces, Jackie Kai Ellis (Québec Amérique)

Ce récit serait un présent parfait pour celles et ceux qui aiment les histoires personnelles de changement de vie, de plongée dans le vide au cœur de souffrances morales extrêmes, les livres qui rappellent un peu le fameux Mange, prie, aime d’Elizabeth Gilbert… Cette fois, cette autobiographie inclassable témoigne d’une femme qui avait tout ce qui semble rendre heureux : mariage, carrière, appartement de rêve, etc. Puis, advint la descente… jusqu’à ce que la cuisine lui rende sa joie et une seconde chance de sourire. Jackie Kai Ellis était repartie, elle allait revivre et retrouver son souffle, de Vancouver à Paris, en passant par le Congo et l’Italie. Pourquoi, comment ? C’est ce qu’il faut découvrir en parcourant ces pages. Toujours, au détour de sa vie, comme des bouées, des délices culinaires partagés à travers ces pages d’espérance.

Les plus populaires