10 polars pour vos soirées d’hiver

Ces livres ont le pouvoir de vous transporter aux quatre coins du monde et de vous faire oublier le confinement pendant quelques heures. 

Montage L'actualité

Profitons de nos longues soirées à la maison pour nous plonger dans un bouquin qui procure d’agréables frissons. Comme la plupart des nouveautés québécoises sont attendues dans quelques mois seulement, voici 10 romans policiers, thrillers et récits d’espionnage d’un peu partout dans le monde.

Nos secrets trop bien gardés
par Lara Prescott

Ce récit d’espionnage comporte une bonne dose de faits réels, ce qui rend son histoire intéressante. Point de départ : Le docteur Jivago, roman russe de Boris Pasternak, d’abord censuré dans son propre pays, puis diffusé de façon clandestine un peu partout dans le monde grâce à la CIA, à l’aube de la guerre froide. Derrière l’opération, quelques femmes qui, sous le couvert de leur emploi de dactylo à l’agence de renseignement, sont de redoutables espionnes. Un premier roman fort réussi. (Traduction de Christel Gaillard-Paris, Robert Laffont, 2021, 526 p.)

Si ça saigne
par Stephen King

Le plaisir de lire Stephen King ressemble beaucoup à celui de se faire raconter des histoires de peur par un grand frère qui n’a pas froid aux yeux. C’est un véritable bonheur de le retrouver ici avec quatre récits à dévorer dans l’ordre ou le désordre. Mention spéciale à la nouvelle éponyme, qui reprend un personnage du roman L’outsider, la détective Holly Gibney, alors qu’une bombe explose au collège Albert Macready. Selon Holly, le chef d’antenne de la chaîne d’info en continu a une allure bizarre… (Traduction de Jean Esch, Albin Michel, 2021, 475 p.)

Les dossiers Blackwood, tome 1 : Les avides
par Guillermo del Toro et Chuck Hogan

Ce duo de choc formé d’un réalisateur (Le labyrinthe de Pan, La forme de l’eau) et d’un auteur (Le prince des braqueurs) réussit à nous prendre en otage grâce à un récit haletant. Odessa, jeune agente du FBI, retourne son arme contre son mentor devenu violent en pleine opération policière. Ébranlée, elle est ensuite affectée à une tâche plutôt banale : trier les affaires d’un enquêteur retraité. Elle trouvera dans ces vieux dossiers des pistes pour comprendre le comportement étrange de son collègue. Pour ceux qui n’ont pas peur d’avoir peur, c’est le livre parfait ! (Traduction d’Agnès Espenan, Flammarion Québec, 2021, 384 p.)

Nous étions les reines
par Laurie Elizabeth Flynn

Quand Ambrosia reçoit une invitation pour des retrouvailles à son collège, elle est un brin nerveuse. C’est que, depuis quelque temps, on lui envoie également des textos anonymes la menaçant de faire éclater la vérité au sujet du suicide de son amie Flora, avec qui elle partageait une chambre à l’école. Parce que dans cet établissement pour l’élite, tout n’est pas aussi lisse qu’il y paraît. Une enquête policière qui perdure, des trahisons qui ont mal vieilli, des rêves brisés, tous les ingrédients sont réunis pour une fin de semaine qui dégénère ! (Traduction de Caroline Lavoie, Les Éditions de l’Homme, 2021, 400 p.)

Le mauvais côté des choses
par Jean Lemieux

Il fallait bien une réédition en format poche de la quatrième enquête d’André Surprenant, de l’escouade des crimes majeurs du SPVM, pour redécouvrir la plume efficace de Jean Lemieux. À Montréal, un restaurateur est abattu. On le retrouve sans sa main droite, une branche d’amélanchier tout près de lui. Fait isolé ? Que nenni ! Alors que les victimes s’empilent, l’histoire familiale de l’enquêteur le rattrape. Un polar agréable qu’on peut lire avec plaisir sans avoir dévoré la série. (Québec Amérique, collection « qa », 2021, 448 p.)

Lëd
par Caryl Férey

Lëd signifie « glace » en russe, et c’est à Norilsk, dans le nord de la Sibérie, que Férey nous emmène cette fois-ci. Alors qu’un ouragan arctique déferle sur la ville, un éleveur de rennes est retrouvé mort sous les décombres d’un immeuble. C’est Boris, un flic impassible mais têtu, qui mènera l’enquête. On apprécie cette lecture sociale d’un lieu reculé bourré de jeunes paumés et d’élus corrompus où tout le monde se surveille. (Les Arènes, collection « Equinox », 2021, 528 p.)

La face nord du cœur
par Dolores Redondo

Suivez-la bien : Redondo est la nouvelle reine du polar espagnol ! Sa trilogie du Baztán a fait un tabac (on peut même en voir l’adaptation cinématographique sur Netflix). Et l’héroïne de cette populaire série, la policière Amaia Salazar, reprend du service dans ce roman. En formation au FBI, elle se joint à une équipe de profileurs qui traquent un meurtrier dont les victimes sont des survivants de catastrophes naturelles. Campée dans le sud des États-Unis, avec ses bayous et son vaudou, cette histoire se lit d’une traite ! (Traduction d’Anne Plantagenet, Gallimard, 2021, 688 p.)

Diamants de sang
par James Patterson et Marshall Karp

Patterson est derrière plusieurs séries policières à succès : ses livres sont des valeurs sûres, même si leur formule est parfois convenue. Dans cette série, on plonge au cœur d’une unité policière d’élite à New York, le NYPD Red, responsable des crimes entourant les célébrités. Quand une vedette est assassinée sur un tapis rouge — se faisant dérober au passage les bijoux de grande valeur qu’elle portait —, les détectives Zach et Kylie passent en mode urgence. Un suspense agréable, parfait pour décrocher. (Traduction d’Antoine Guillemain, l’Archipel, 2021, 331 p.)

Solitudes
par Niko Tackian

Quelle horreur pour un médecin légiste de commencer son autopsie… sur un vivant ! C’est arrivé il y a une dizaine d’années, quand Élie Martins a été laissé pour mort après s’être pris une balle dans la tête. Des années plus tard, il n’en conserve que peu de séquelles, mis à part une amnésie complète. Il mène tranquillement sa vie de garde-chasse, dans le Vercors, jusqu’à ce qu’il découvre, lors d’une tempête de neige, une femme pendue à un arbre. Dans les recoins de sa mémoire, les souvenirs ont envie de s’agiter. Il sent que cette mort est un message qui lui est destiné. Mais il ne se rappelle rien… (Calmann-Lévy Noir, 2021, 252 p.)

La glace
par John Kåre Raake

Un polar scandinave pour boucler la sélection ? Pourquoi pas ! Anna accompagne Daniel, un chercheur qui s’intéresse aux enjeux scientifiques de la fonte des banquises. Ancienne membre des forces spéciales norvégiennes, Anna veillera sur sa sécurité sur les terres hostiles du pôle Nord. Lorsqu’il découvre qu’une base de recherche chinoise a été attaquée et que plusieurs chercheurs ont été assassinés, le duo se met en branle pour comprendre ce qui s’est réellement passé, retrouver le meurtrier et, surtout, s’assurer de rester en vie. Car la tempête se lève, et elle aussi est impitoyable. (Traduction d’Hélène Hervieu, Michel Lafon, 2021, 448 p.)
Laisser un commentaire