13 histoires pour le 150e du Canada

Le projet Générations 150 réunit plusieurs personnalités de partout au pays — photographes, auteurs, poètes, illustrateurs et musiciens.

[vimeo]219745353[/vimeo]

 

L’Office national du film du Canada (ONF) propose une série de récits interactifs, Générations 150, à l’occasion de l’anniversaire du Canada.

Le projet est composé de 13 histoires racontées à la première personne, en français et en anglais, sur les thèmes du patrimoine et de l’héritage. Provenant de petites et de grandes collectivités, ils réunissent plusieurs personnalités canadiennes — photographes, auteurs, poètes, illustrateurs et musiciens de partout au pays — qui ont travaillé avec les studios de production français et anglais de l’ONF, d’un bout à l’autre du pays.

Certains récits abordent un angle positif, mais d’autres visitent les pages plus sombres de l’histoire du pays.

À noter: deux expositions publiques accompagneront le projet Génération 150 cet été, l’une présentée à Halifax, l’autre à Toronto.

Les commentaires sont fermés.

La première impression quand on lit le texte c’est intéressant.
Quand on clic sur la video pour regarder les images, c’est décevant. Le rythme qui défile sous nos yeux est trop rapide. On n’y voit plus rien. Quel est la pertinence d’un tel visionnement?

J’ai voyagé à plusieurs endroits au Canada, des Maritimes à Victoria, BC, et j’ai toujours été accueilli, comme résident du Québec, avec empressement et cordialité et ces voyages m’ont permis de constater, n’en déplaise aux séparatistes, que l’on peut être très fiers d’appartenir à l’un des pays les plus admirés de la planète.

Parfait le Canada? Non, bien sûr (quel pays peut prétendre l’être?), mais il est un pays qui fait l’envie de toute la planète et pour lequel nous pouvons tous nous enorgueillir d’appartenir.

Bon 150e anniversaire à TOUS les Canadiens.

Je peux vous appuyer car j’ai parcouru toutes les provinces de Terre-Neuve à Vancouver et pendant ces 60 années j’ai été très bien accueilli, quand je rencontrais des personnes qui parlaient un peu le français on était fier de me parler dans ma langue même s’ils ne savaient que quelques mots. J’ai rencontré des personnes de tous les âges et de différente nationalités. Je ne peux pas dire que j’ai été aussi bien accueilli à Paris.

Monsieur,

Le Québec serait bien plus prospère à tout point de vue s’il était un pays in-
dépendant. Nous sommes une province contre 10 et notre statut de minoritaire s’accentue avec les décennies. Comment expliquer par exemple que Montréal était la métropole du Canada en 67 (année de l’expo et c’est maintenant Toronto), que le français y était majoritaire (près de 70% au lieu de moins de 50% en 2017)? Et tous ces leviers économiques qui s’en vont en Ontario ou dans l’Ouest, cette aide économique à Terre-Neuve pour développer son hydroélectricité alors que le Québec a développé sans aide
du fédéral Hydro-QUébec?
Autrement dit, si on veut demeurer une petite province qui arrive au peloton de queue et si on veut que les Québécois soient considérés comme
des citoyens de seconde zone, continuons de jouer le rôle de quêteux.
Et on ne doit pas se baser sur un commentaire d’une personne bien accueillie dans le ROC pour dire « Bravo Canada ». C’est réducteur et enfantin.
(

Accueilli en français from Coast to Coast? Achetez-vous des billets de loterie car vous êtes une personne chanceuse.

Ce n’était pas le cas et vous deviez parler la langue anglaise pour pouvoir converser? Situation normale car c’est la langue qui prévaut au Canada. Une langue utile à bien des égards mais qui demeure la langue d’un autre peuple confortablement installé dans un pays sous son contrôle politique. Ce qui est loin d’être le cas pour les Québécois.

Allez-vous quand même prendre une Molson «Canadian» pour fêter la Saint-Jean?

@ micheline Otis:

Le déclin de Montréal comme métropole du Canada s’est gravement accentué en 1976, lors de l’élection du PQ mais il avait commencé avant et plus particulièrement lors des évènements regrettables reliés aux manifestations violentes des séparatistes (RIN et FLQ). On peut les remercier d’avoir fortement contribué au fait que nos leviers économiques ont déménagé ailleurs avec tous les emplois très bien rémunérés et l’influence massive qui viennent avec.

Le Québec reçoit plus de $10 MILLIARDS PAR ANNÉE DE PLUS qu’il n’envoie à Ottawa. DE PLUS!!! En fait, il reçoit plus de la moitié de la péréquation alors qu’il ne représente que 23% de la population. Et vous vous inquiétez du fait que Terre-Neuve en reçoive un peu? Et si le Québec a pu développer son électricité (merci à Adélard Godbout, à Jean Lesage, patron de René Lévesque, et surtout à Robert Bourassa!), c’est grâce au fait qu’il fait partie de cette belle nation canadienne qui a également contribué à ce développement.

Le Québec est une province importante et il fait partie du pays le plus admiré et le plus solide de la planète et rien, absolument RIEN dans le discours des séparatistes n’arrive à me persuader d’entrer dans votre cage à homards.

Écoutez…c’en est rendu que le PQ doit trahir son article premier pour tenter lamentablement de convaincre le peuple québécois de voter pour eux; comme si la séparation était maintenant devenue tout à fait secondaire dans leur esprit. Et vous venez me chanter l’importance d’être un « pays »??? Commencez par aller convaincre le PQ!!!

@ Claude Perras:

Est-ce que j’ai écrit que j’étais accueilli en Français??? Veuillez SVP m’indiquer où…

Comme l’a écrit Rog 16, « …quand je rencontrais des personnes qui parlaient un peu le français on était fier de me parler dans ma langue même s’ils ne savaient que quelques mots ».

Les relations que j’entretiens avec les autres humains vont bien au-delà de la langue. Je ne me cantonne pas seulement au Français car ça limiterait mes échanges culturels. Je préfère ouvrir mon esprit aux autres civilisations et l’Anglais est LA langue universelle qui me (nous!) permet de pouvoir communiquer avec plusieurs autres sociétés. De plus, j’ai depuis longtemps quitté le périmètre restreint et exigu des Plaines d’Abraham pour des cieux plus engageants et avenants et cela m’a permis d’éveiller en moi un monde fascinant et surtout de devenir une personne moins sensible à certains discours moralisateurs et suffocants.

Je vous souhaite la pareille.

Bel exercice de propagande mais il faut garder à l’esprit qu’on célèbre les 150 ans de la confédération, pas du Canada car le vrai Canada est bien plus vieux! La confédération est une espèce de compromis, le maximum de ce que les Canadiens-français ont pu obtenir à l’époque d’une majorité canadienne-anglaise qui était déjà plus nombreuse que les francophones. On a alors appelé ce « compromis » une « confédération » mais il s’agissait techniquement d’une fédération.

Dans ce compromis, on a aussi parlé des peuples autochtones en décidant de mettre les Premières Nations sous la responsabilité du fédéral au lieu des provinces mais c’est un « deal » auquel, évidemment, les peuples autochtones n’ont jamais participé. D’ailleurs, on a poursuivi les politiques d’éradication des peuples autochtones qui avaient commencées un peu avant la confédération, comme les pensionnats. Ces premiers Canadiens n’ont pas grand chose à célébrer à propos de la confédération… Les victimes d’un génocide culturel ne peuvent décemment pas célébrer le modèle politique qui a justement permis ce génocide culturel et qui les a marginalisés comme des gens de second ordre. Faudrait peut-être penser à tout ça en ce 150ème et plutôt travailler à changer les choses, surtout cette confédération inique qui a permis de telles choses de se produire. Le côté positif du Canada c’est que justement on peut en discuter en toute liberté et sans crainte de répression; au moins on peut célébrer çà!

Monologue byzantin…

Pas surprenant que le PQ ne sache pas où il en est avec son article PREMIER.

Dieu merci, nous appartenons et pour encore longtemps au beau et grand pays qu’est Le Canada qui fait l’envie de toute la planète et de ce seul fait, nous nous épargnons le genre de petite guéguerre creuse et inutile dont vous nous faites ici la triste démonstration.

Pourquoi seulement Halifax et Toronto ? C’ est le 150 ième anniversaire du Canada !!!! On aurait pu présenter ces expositions aussi à Québec ( la porte d’ entrée en Amérique du Nord et la première ville du Canada ) et aussi à Victoria et/ou Vancouver car le Canada n’ existerait pas sans l’ entrée dans la Confédération de cette province sur le bord du Pacifique !!

@François 1
Merci pour votre aide et vos mise à jour. Je sais bien que les séparatistes auraient préférés que je raconte qu’on a été mal reçus car on parlait français, mais ça n’as pas été le cas. J’ai visité tout le Canada et une grande partie des États-Unis avec mes enfants et jamais on ne s’est fait insultés a cause de notre langue.
Pour votre information Micheline au Québec la population parlant français à l’extérieur de Montréal est de 85%, les allophones 12% et les anglophones 3%, chiffre de 2016. Si vous allez en Floride durant l’hiver, pleins de Québecois parle le franglais et l’anglais y compris les séparatistes qui vont chercher de la chaleur,surtout à Fort Lauderdale. Et c’est correct.

Les plus populaires