Culture

La renaissance de L’heptade

Quarante ans après avoir lancé cet album devenu un classique, le groupe Harmonium nous en offre une version revampée, produite à partir d’enregistrements que tous croyaient disparus.

Le groupe Harmonium en 1977. (Photo: archives Le Soleil)
Le groupe Harmonium en 1977. (Photo: archives Le Soleil)

Le phénomène des rééditions d’albums devenus avec le temps des «classiques» de la musique n’est pas aussi fort au Québec qu’aux États-Unis ou même en Europe. Chez nous, ces réimpressions souvent justifiées par des dates anniversaires ont été faites pour quelques piliers de la scène québécoise des années 1970, et la plupart du temps sous la forme de coffrets. Pensons à Beau Dommage, à Robert Charlebois et plus récemment à Yvon Deschamps. En 2005, la réédition du célèbre disque Jaune, de Jean-Pierre Ferland, a tout de même fait école au Québec.

Une nouvelle pierre d’assise de notre patrimoine musical reprendra vie en novembre: le disque L’heptade, d’Harmonium. Le troisième et dernier album studio du célèbre groupe, paru le 15 novembre 1976, sera remixé par Serge Fiori ainsi que par le bassiste de la formation, Louis Valois, à partir des bandes maîtresses originales. La rumeur voulait pourtant que ces enregistrements aient été détruits lors d’une inondation dans les locaux de la maison de disques CBS, qui a fait paraître L’heptade il y a 40 ans.


À lire aussi:

Disque: un nouveau souffle pour Groenland


Fiori et Valois «ont entrepris la tâche de revisiter, de remixer, de remastériser et d’insuffler une nouvelle vie à ces enregistrements que tous pensaient perdus à jamais», explique-t-on par voie de communiqué. Le disque sera rebaptisé L’heptade XL, et contiendra un livret avec des photographies et des documents d’archives. Certaines images déjà publiées sur Facebook montrent entre autres des documents officiels de studio et des brouillons manuscrits.

L'heptade XLL’heptade est certainement l’œuvre la plus riche d’Harmonium, mais pas sa plus accessible, le disque donnant par moments dans la musique exploratoire, parfois dissonante. L’album concept, à l’origine contenu sur deux vinyles, raconte le voyage d’un homme à travers les sept niveaux de la conscience. On y trouve sept chansons — dont «Comme un fou», «Le corridor», «Comme un sage» —, ainsi que des interludes instrumentaux. Les nombreux passages orchestraux ont été arrangés par le grand Neil Chotem, et on peut aussi entendre les voix de Monique Fauteux, Pierre Bertrand et Richard Séguin, notamment.

Cette parution revampée s’inscrit dans le sillon du retour en solo du chanteur d’Harmonium, Serge Fiori, dont le disque éponyme lancé en 2014 a connu un gros succès au Québec, rappelant par la bande son ancien groupe à nos mémoires. À une époque où les ventes d’albums périclitent, l’observateur cynique dira, probablement à raison, que la maison de disques essaie par cette réédition d’attiser la fibre nostalgique des mélomanes, et particulièrement des mélomanes d’un âge vénérable, qui, question d’habitude et souvent de valeurs personnelles, achètent encore des disques. Mais la valeur créatrice de L’heptade est bien réelle, et cette version XL aura atteint son objectif si elle permet à une toute nouvelle génération de se plonger dans cette œuvre qui reste pertinente 40 ans plus tard.

Écoutez la pièce «Comme un sage», tirée de L’heptade, d’Harmonium.