La relève de Duceppe
Culture

La relève de Duceppe

Ils succèdent à l’illustre Michel Dumont à la tête d’une véritable institution théâtrale. À 32 et 34 ans, Jean-Simon Traversy et David Laurin veulent rajeunir l’auditoire de Duceppe sans s’aliéner son public le plus fidèle.

À la veille de cette première saison, l’idée que vous aviez de cette codirection artistique a-t-elle changé ?

David Laurin : C’est un plus gros bateau que ce qu’on croyait. On était habitués à être deux et à décider de tout dans notre compagnie précédente, Lab87. Là, on a une équipe, des services, des communications. On peut se concentrer sur l’artistique, mais il faut faire confiance aux gens en place. Et apprendre à laisser aller.

Jean-Simon Traversy : On avait une belle naïveté avant d’entrer en poste. On se disait qu’on avait un grand terrain de jeu libre. On se rend compte que non, on ne peut pas faire ce qu’on veut. On a des comptes à rendre, à la compagnie, aux employés, et surtout au public.