En librairie
Culture

En librairie

Marie Darsigny, Zviane et Stephen King. Souffle littéraire pour la dernière année de la vingtaine, récit illustré d’un voyage au Japon, et un essai revampé du maître de l’effroi.

(Photo : Antoine Bordeleau)

1

Dans une langue près de l’oralité, la Montréalaise Marie Darsigny, adepte de Sylvia Plath, de Nelly Arcan et de bien d’autres écrivaines au bonheur difficile, signe un court récit racontant la dernière année de sa vingtaine, alors qu’elle était convaincue qu’elle ne se rendrait jamais à 30 ans. Ce flot de réflexions, plus lumineux que dramatique malgré le propos, est mené avec un souffle littéraire qui ne ressemble à nul autre. (Trente, par Marie Darsigny, Remue-ménage, 146 p.

 

 Je n’ai pas lu Hubert Aquin, j’ai juste lu Nelly Arcan. C’est ce que je dis quand je veux me penser bonne […]. 

Tiré de Trente
(Photo : Antoine Bordeleau)

2

Difficile de ne pas se laisser attendrir par l’imaginaire de Zviane, bédéiste québécoise d’exception qui ne va jamais là où on l’attend et qui, surtout, ne fait rien comme les autres. Sa touche « zvianesque » est bien présente dans le récit illustré qu’elle fait d’un voyage effectué au Japon l’hiver dernier. Avec humour, mais aussi beaucoup d’humanité, elle dresse un portrait de ce pays d’Asie comme on ne l’a jamais vu, en nous rappelant au passage que, peu importe notre culture, on finit tous par se ressembler. (Zviane au Japon, par Zviane, Pow Pow, 96 p.)

 

(Photo : Antoine Bordeleau)

3

S’il n’a plus besoin de présentation, Stephen King n’en demeure pas moins fascinant et aussi mystérieux que son œuvre teintée d’effroi et d’étrangeté. Cet essai, devenu culte après sa parution en français, en 1995, a été « revampé », revu et enrichi pour le plaisir des inconditionnels de l’auteur, mais aussi de ceux qui s’intéressent à la création, aux phénomènes liés à la peur et aux parcours hors du commun comme le sien. (Anatomie de l’horreur, par Stephen King, Albin Michel, 600 p.)