Pourquoi les Français disent-ils toujours non ?
Culture

Pourquoi les Français disent-ils toujours non ?

Julie Barlow et Jean-Benoît Nadeau, collaborateurs de longue date de L’actualité, se sont expatriés en France à plusieurs reprises pour y approfondir l’un de leurs sujets de prédilection : la langue. De leur dernier séjour, ils ont tiré un livre intitulé Ainsi parlent les Français, dans lequel ils démontrent que si les locuteurs de l’Hexagone parlent la même langue que nous, ces derniers ne l’emploient pas nécessairement de la même manière… Dans cet extrait, les auteurs analysent un phénomène qui mystifie les Québécois : pourquoi les Français disent-ils toujours non, même quand ils veulent dire oui ?

Toutes les cultures du monde ont leur manière de dire directement ou indirectement « non ». Les anglophones, et plus précisément les Britanniques, disent «I hear you» («je vous entends») pour annoncer un désaccord. Les Japonais ne disent jamais «non» à un supérieur ou à un client. À Tokyo, Kyoto ou Osaka, un commerçant à qui l’on demande un article qu’il n’a pas en stock va tergiverser : «Laissez-moi voir si j’ai ça dans la réserve», «Je vérifie dans les catalogues», «C’est un peu compliqué». N’importe quoi pour éviter d’avoir à dire non à un client. Par politesse, le client japonais répond alors : «Ne vous en faites pas. Je sais où le trouver ailleurs.» Et le marchand, soulagé, lui dit : «Sayonara

Les Français, eux, disent «non», tout simplement. En fait, ils disent non pour tout, tout le temps, sans état d’âme. Ils vont dire non même s’ils voudraient en réalité dire «oui». Tout l’art consiste à comprendre les divers sens qu’un non peut prendre.

Il y a bien des façons de dire non pour un Français. Si les circonstances obligent à être poli, ce sera «Je suis désolé», «Ça ne va pas être possible» ou d’autres formules étranges comme «C’est la France» (sur un ton exaspéré) ou «Ça n’existe pas» (plus catégorique). Mais la plupart du temps, ils n’hésitent pas à être très clairs : «Non», «Pas question», «Impossible».

Les Français disent tellement non à tout propos qu’ils finissent par dire non à non et par se contredire.