3 questions à Sarah-Jeanne Labrosse 

À 24 ans, Sarah-Jeanne Labrosse endosse le rôle mythique de Donalda, épouse docile et dévouée — mais peut-être pas tant que ça — de Séraphin Poudrier.

sarah-jeanne-labrosse
Sarah-Jeanne Labrosse (Photo: Rachel Côté pour L’actualité)

Elle joue depuis qu’elle a sept ans, son parcours ferait l’envie de comédiennes qui ont deux fois son âge, mais c’est sans doute cette année qu’elle sera véritablement révélée au grand public. À 24 ans, Sarah-Jeanne Labrosse endosse le rôle mythique de Donalda, épouse docile et dévouée — mais peut-être pas tant que ça — de Séraphin Poudrier.

Avez-vous éprouvé un vertige à l’idée d’incarner ce personnage incontournable de l’imaginaire québécois ?

Ce qui m’a aidée sur ce plan, jusqu’à un certain point, c’est de très peu connaître la série d’origine. Je suis consciente de l’importance du personnage dans notre histoire télévisuelle, consciente de la chance que j’ai de l’incarner, mais j’ai décidé de préserver ce regard personnel sur le rôle, j’ai préféré ne regarder qu’une petite partie des épisodes originaux. Ça me permet de jouer plus librement.

D’autant plus que la Donalda actuelle est un peu différente de celle qu’on a connue, n’est-ce pas ?

Oui, cette Donalda est particulièrement volontaire. Elle doit prendre des décisions difficiles, elle n’a pas la pleine mainmise sur sa vie, mais ses choix sont conscients, ce n’est pas une Donalda qui ne fait que subir. J’ai appris que c’était souvent le cas des femmes de l’époque, en milieu rural : sans que ce soit toujours visible, elles manœuvraient pour arriver à leurs fins !

On assiste présentement à un certain renouveau du féminisme, alors que des femmes de tous les milieux s’affichent féministes. Vous vous intéressez à ces questions ?

Oui. Ce qui me préoccupe, par exemple, c’est la question de la beauté : comment la cultiver, comment montrer sa féminité sans cultiver en même temps des patterns ; sans que cette beauté soit récupérée, instrumentalisée. Les femmes se sont beaucoup émancipées depuis un siècle, mais elles cherchent encore beaucoup à correspondre aux modèles qu’on leur donne sur le plan esthétique. J’aimerais qu’elles soient moins exigeantes envers elles-mêmes.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

2 commentaires
Les commentaires sont fermés.

J’ai connu Sarah-Jeanne avec la série Unité 9 et j’ai tout de suite compris que cette jeune comédienne très talentueuse irait loin dans la carrière qu’elle avait choisie. Une (grosse) plume de plus à son chapeau si elle arrive à faire sien le rôle d’une icone de toute une génération, dont je suis. Je n’ai aucun doute qu’elle y parviendra, avec tout le naturel qu’on lui connaît.

Bravo, Sarah-Jeanne.

je t`admire et j`aimerais savoir quels est tes matière préférée pour un project de l`école

bravo pour toutes tes émissions;);)