8 séries en ligne à voir avant l’été

Les plateformes comme illico, Tou.tv, Disney+ et Crave ne font pas de pause ce printemps ! Survol des nouveautés à ne pas manquer, dont deux séries québécoises offertes gratuitement.

Dans Bête noire, Isabelle Blais joue le rôle de la mère du jeune adolescent qui a assassiné six personnes, en plus d’avoir mis fin à ses jours. (Photo : Lou Scramble)

Le beau temps vous attire à l’extérieur, mais les diffuseurs ne l’entendent pas ainsi. Disney+ sort les gros canons pour vous garder au salon, et les plateformes québécoises ne sont pas en reste, avec des nouveautés mettant en vedette des chouchous du grand public comme Julie Perreault et Isabelle Blais. Voyons ce qui occupera vos soirées de confinement en avril.

Bête noire

Où le voir ? Série Plus (abonnement requis)

En vedette : Isabelle Blais (Tadoussac, la série Faits divers), Martin Dubreuil (À tous ceux qui ne me lisent pas, la série Les pays d’en haut) et Nahéma Ricci (Antigone, Ailleurs

Grande gagnante du Gala Québec Cinéma en 2020 avec son drame poignant Antigone, Sophie Deraspe réalise ici sa première série. Et pour ses débuts, elle s’attaque au très délicat thème des tueries en milieu scolaire. Les auteurs Patrick Lowe (Mémoire vive) et Annabelle Poisson (Le chalet) s’intéressent aux conséquences de cette tragédie, sans jamais la montrer. Isabelle Blais joue le rôle de la mère du jeune adolescent qui a assassiné six personnes, en plus d’avoir mis fin à ses jours.

Falcon et le Soldat de l’hiver (v.o.a. Falcon and the Winter Soldier)

Où le voir ? Disney+ (abonnement requis)

En vedette : Anthony Mackie (Avengers : Phase finale, Zone hostile) et Sebastian Stan (Capitaine America : Le Soldat de l’hiver ; Moi, Tonya)

Après être entré dans l’univers Marvel avec la série à succès WandaVision, Disney+ poursuit sa conquête unilatérale de cette usine de superhéros. Cette fois, Sam Wilson, alias le Faucon, et Bucky Barnes, le Soldat de l’hiver, s’allient pour combattre un puissant groupe de terroristes qui ont volé un sérum ayant le pouvoir de galvaniser leur force. Avec un budget digne des mégaproductions de Marvel, les six épisodes de plus de 45 minutes chacun vous en mettront plein la vue.

Félix, Maude et la fin du monde

Où le voir ? Tou.tv (gratuit)

En vedette : Jean-Carl Boucher (les films 1981, 1987 et 1991, de Ricardo Trogi) et Sarah Keita

Que feriez-vous si vous pensiez être le dernier être humain sur la planète, à la suite d’une éclipse ? Félix s’en réjouit un temps, puis tombe dans la déprime, juste avant de croiser le chemin de Maude. Les auteurs Michel Brouillette et Stéphanie Perreault (Les bogues de la vie) nous invitent de manière sympathique à ce grand questionnement sur notre place dans l’univers. Daniel Abraham et Pierre-Alexandre Girard (mieux connus sous leur nom Dan & PAG) ont réalisé les 10 épisodes d’une durée de 7 à 15 minutes.

Je voudrais qu’on m’efface

Où le voir ? Tou.tv (gratuit)

En vedette : Julie Perreault (Merci pour tout, la série L’échappée), Jean-Nicolas Verreault (les séries Toute la vie, District 31) et plusieurs autres

Pendant que son film La déesse des mouches à feu cartonne au cinéma, Anaïs Barbeau-Lavalette voit l’un de ses propres livres porté à l’écran par le duo de scénaristes Eric Piccoli et Florence Lafond. Piccoli (la série Écrivain public) a aussi assuré la réalisation des huit épisodes d’environ 20 minutes, dont l’action se situe dans un immeuble résidentiel du quartier Saint-Michel, à Montréal. Nous y suivons trois familles que la vie égratigne un peu plus chaque jour, sous la menace latente de la démolition du bâtiment qui les abrite.

No Man’s Land (v.f.)

Où le voir ? Crave (abonnement requis)

En vedette : Félix Moati (Le grand bain, Gaspard va au mariage) et Mélanie Thierry (Au revoir là-haut, Le règne de la beauté)

Dans la série franco-belge-israélienne No Man’s Land, nous suivons Antoine parti au Moyen-Orient pour retrouver sa sœur, qu’il croyait morte dans un attentat au Caire. Pour espérer s’approcher d’elle, Antoine devra vivre aux côtés de combattantes kurdes. Le conflit syrien, qui dure depuis maintenant plus de 10 ans, est rarement traité de manière aussi intelligente, laissant de côté les mécanismes machiavéliques habituels.

Patrick Senécal présente

Où le voir ? Club illico (abonnement requis)

En vedette : Mylène Mackay (Mafia inc., Nelly), Théodore Pellerin (Souterrain, Chien de garde) et plusieurs autres

Le maître de l’horreur québécoise, l’auteur Patrick Senécal, marche désormais dans les traces du grand Alfred Hitchcock en proposant lui aussi une série d’histoires tordues. Les cinq premiers épisodes — tous indépendants — sont déjà offerts (les cinq autres suivront à l’automne). Fort du succès de sa série Faits divers, le réalisateur Stéphane Lapointe s’amuse littéralement à nous faire peur. Une impressionnante distribution d’acteurs et d’actrices de chez nous ont accepté de plonger dans ce genre rarement exploré au Québec.

Le Serpent (v.o.a. The Serpent)

Où le voir ? Netflix (abonnement requis)

En vedette : Tahar Rahim (Un prophète, Le Mauritanien) et Jenna Coleman (les séries Doctor Who et Victoria)

Au milieu des années 70, le tueur en série français Charles Sobhraj volait et assassinait de jeunes hippies en Asie du Sud-Est. Avec l’aide de sa complice Marie-Andrée Leclerc, il revendait des pierres précieuses en se cachant derrière de fausses identités. Cette série britannique de huit épisodes d’une cinquantaine de minutes, tournée majoritairement à Bangkok et dans ses environs, est portée par le charisme et le talent de l’acteur Tahar Rahim.

Them (v.o.a.)

Où le voir ? Amazon Prime Video (abonnement requis)

En vedette : Deborah Ayorinde (Harriet, Girls Trip) et Ashley Thomas (les séries Top Boy et Salvation : Désastre imminent)

Dans la lignée du succès Get Out et de la série Lovecraft Country, Them aborde de manière frontale le racisme qui afflige les Américains depuis si longtemps. Durant les années 1950, une famille noire quitte la Caroline du Nord pour s’implanter dans un quartier blanc en banlieue de Los Angeles. Son arrivée provoque de très fortes réactions chez ses nouveaux voisins. La moitié des huit épisodes, à mi-chemin entre le fantastique et l’horreur, ont été réalisés par Nelson Cragg, directeur photo des séries Homeland et Breaking Bad.