À la sauvegarde des journaux intimes

Quand elle a appris que les documents personnels d’Éva Circé-Côté, journaliste et poète dont elle écrivait la biographie, avaient été brûlés peu après sa mort, l’historienne Andrée Lévesque s’est dit qu’il ne fallait plus que ça se reproduise.

À la sauvegarde des journaux intimes
Photo : iStockphoto

Avec deux collègues, l’ethno­logue Diane Gervais et l’historienne Magda Fahrni, de l’UQAM, elle vient de créer les Archives Passe-Mémoire, qui recueillent et conservent les journaux intimes et la correspondance des gens ordinaires, « ceux dont les papiers n’iront jamais dans les grands centres d’archives », dit Andrée Lévesque. Mais qui, eux aussi, participent à l’histoire avec un grand « H », dont ils sont le ferment.

Ces Archives constitueront un fonds ouvert aux historiens et aux chercheurs, mais aussi au grand public, si le donateur le souhaite. « Les donateurs signeront un con­trat individuel dans lequel ils pour­ront indiquer un délai avant lequel les documents ne pourront être consultés. » Le service de conservation est gratuit, mais ceux qui font don de documents seront invités à devenir membres de l’association en échange d’une modeste contribution.

Passe-Mémoire s’inspire de l’Association pour l’autobiographie et le patrimoine autobiographique, de France, qui possède plus de 2 000 fonds personnels. Comme autant de trésors pour les historiens d’aujourd’hui et de demain.

Pour des renseignements supplémentaires : [email protected]