Afrocubism : le cha-cha-cha subsaharien

Dans un studio madrilène, pendant cinq jours, 10 Cubains et 6 Maliens ont joué ensemble comme s’ils étaient un même groupe.

« Nous avons juste joué notre musique, et eux, ils ont joué la leur », affirme avec douceur Toumani Diabaté, maître de la kora. Voilà qui n’explique guère cette magie qui s’installe dès les premières mesures de « Mali Cuba », pièce instrumentale qu’il a composée pour l’ouverture de ce disque.

Dans un studio madrilène, pendant cinq jours, ne parlant pas la même langue, les deux contingents (10 Cubains et 6 Maliens) ont joué ensemble comme s’ils étaient un même groupe.

Eliades Ochoa, le survivant du Buena Vista Social Club, chante « La Culebra » (la couleuvre), de Benny Moré, et « Al vaivén de mi carreta » (au va-et-vient de ma charrette)… au son du balafon. Et Bassekou Kouyate, spécialiste du n’goni mandingue, explique comment il a dû ralentir son rythme, et le troubadour de Santiago accélérer le sien, afin qu’ils cosignent ensemble le thème « Mariama ».

Échange bilatéral réussi !

Afrocubism / Afrocubism / World Circuit/Warner

Les commentaires sont fermés.

Où se procurer cet album. J’ai déjà consulté Archambault et HMV. J,espère que ce commentaire est envoyé à L’Actualité…