Alexandre Belliard, poète d’histoire

Photo : Jocelyn MichelSpectacles à la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, 1214, rue de la Montagne, à Mont­réal.

7 avril : Richard Séguin, Émilie Proulx ; Pierre Nepveu, Tristan Malavoy
13 mai : Gilles Bélanger, Sylvie Paquette, David Marin ; Jean-Paul Daoust, Catherine Lalonde

Alexandre Belliard a 34 ans, deux enfants, une compagne peintre, une jolie tenue de plume, des convictions et de la combustion. Il chante dans les écoles l’histoire du Québec, promeut la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, suit des cours d’histoire à l’UQAM. Pour se délasser, il lit l’anthologie des poètes acadiens ou écrit des chansons biographiques sur Marguerite d’Youville et Louis-Joseph Papineau.

Il sait parler, il sait se taire. Taillé comme un prof de gym, c’est un poète, mieux connu comme auteur-compositeur-interprète : trois albums, dont le récent Des fantômes, des étoiles, vêtu de folk, parle d’amour, d’immortalité, d’une petite fille à naître.

Alexandre Belliard a 34 ans, deux enfants, une compagne peintre, une jolie tenue de plume, des convictions et de la combustion. Il chante dans les écoles l’histoire du Québec, promeut la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, suit des cours d’histoire à l’UQAM. Pour se délasser, il lit l’anthologie des poètes acadiens ou écrit des chansons biographiques sur Marguerite d’Youville et Louis-Joseph Papineau.

Photo : Jocelyn Michel
Photo : Jocelyn Michel

Qui vous a initié à la poésie ?

— Jim Morrison. En parcourant ses biographies, j’ai constaté qu’il citait souvent Antonin Artaud, Nietzsche, Rimbaud. J’ai lu ces auteurs pour comprendre ce qui l’avait formé. Au cégep, un prof, ayant remarqué mon intérêt pour la poésie, m’a prêté Le clitoris de la fée des étoiles, de Denis Vanier. Ce fut un grand choc littéraire. Pour moi, la poésie, ce sont des éclats, des lignes qui s’incrustent, telle « L’éternité oui, mais pas pour toujours » (Vanier).

En 2008, j’ai trouvé intimidant de lancer mon premier recueil, Tu cours après les pigeons, car si j’écris des chansons pour les présenter au public, je ne suis pas sûr que j’écrive des poèmes pour qu’ils soient lus. C’est plutôt une façon de m’observer, de remettre mes idées au net.

Poète, éditeur, vidéaste, Gaëtan Dostie, qui fut secrétaire de Gaston Miron, ouvrait en septembre 2010 sa Médiathèque littéraire dans une maison patrimoniale. Vous en êtes le porte-parole ?

— J’ai eu le coup de foudre pour cet endroit rempli de trésors — le premier imprimé littéraire à Montréal, datant de 1830, un exemplaire de Refus global ayant appartenu à Claude Gauvreau, des originaux de Nelligan —, animé par un passionné qui a commencé à six ans sa collection, riche de milliers d’œuvres, d’archives audiovisuelles, de livres rares. Il sait tout ce qu’on ne sait pas, mais il distille son savoir avec verve et humour. La littérature et l’histoire québécoises ont trouvé leur musée.

Pour le faire connaître, vous organisez, entre les 10 mars et 10 décembre, huit spectacles associant chanteurs et poètes. Comment avez-vous réussi une telle affiche ?

— J’ai visé haut : j’ai appelé Richard Séguin, Michel Rivard, Luc De Larochellière, Michèle Lalonde, Jean-Paul Daoust… et tout le monde a répondu oui tout de suite. En peu de temps, j’ai réuni 30 artistes et poètes emballés par le projet.

J’ai mis les 50 billets en vente pour chaque soirée le moins cher possible (20 dollars), afin que les jeunes puissent avoir accès à un lieu exceptionnel et assister à des spectacles acoustiques inédits. Par exemple, Jim Corcoran va chanter Leonard Cohen, Chloé Sainte-Marie, Patrice Desbiens, etc.

Parallèlement à vos activités d’artiste pop, vous allez dans les écoles et les bibliothèques chanter l’histoire du Québec.

— J’ai conçu un spectacle-conférence, Légendes d’un peuple, que j’adapte au gré des demandes, pour qu’il con­vienne autant aux élèves du primaire qu’aux membres des sociétés d’histoire. La matière est foisonnante : des Premières Nations à René Lévesque en passant par les grands explorateurs et les Patriotes. Les ateliers déjà donnés ont suscité des réactions telles qu’elles ont en quelque sorte décidé de mon avenir.

Vous voulez devenir professeur ?

— Mieux que ça : mon objectif est de faire découvrir, en chansons, en poèmes et en anecdotes, l’histoire de l’Amérique francophone et, peut-être un jour, celle de l’Amérique du Nord. Un vaste programme, qui me fera de l’usage.

* * *

Calendrier des spectacles à la Médiathèque littéraire Gaëtan Dostie, 1214, rue de la Montagne, à Mont­réal, 514 861-0880 ; billets (20 $) : 514 844-2172.

11 mars :  Chloé Sainte-Marie, Alexandre Belliard, Fred Fortin et les poètes Michèle Lalonde, Joséphine Bacon, Lucien Francoeur, Patrice Desbiens
7 avril
: Richard Séguin, Émilie Proulx ; Pierre Nepveu, Tristan Malavoy
13 mai : Gilles Bélanger, Sylvie Paquette, David Marin ; Jean-Paul Daoust, Catherine Lalonde
2 juin
: Luc De Larochellière, Dany Placard ; François Parenteau, Sonia Cotten
17 septembre
: Yann Perreau, M. Mono ; Jean-Sébastien Larouche, Catherine Lalonde
14 octobre
: Jim Corcoran, Jérôme Minière ; Kim Doré, Geneviève Letarte
18 novembre
: Bori, Gaële ; Ivy, Claudine Bertrand
10 décembre
: Michel Rivard, Alexandre Belliard ; Michèle Lalonde, Jean-François Poupar